dimanche 31 janvier 2010
Accueil | Edition du jour
 

Actualités
Périscoop
Régions
Culture
Vox populi
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Monde
Chronique du jour
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Nos archives en HTML


Le Conseil des Exfiltrations Urgentes !

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr
Dans le cadre du plan de réaménagement urbain de la capitale et pour une meilleure fluidité de la circulation, il a été décidé de déplacer le siège de l’ambassade du…  

… Bénin vers la coquette localité de Sid-Ali Bounab !

Ce n’est pas faute d’avoir essayé ! J’ai tout tenté pour coller ce chiffre terrible sur le dos déjà bien chargé de Koffi Codjia, mais en vain. L’arbitre béninois est coupable de beaucoup de méfaits, mais il n’est pour rien dans cette performance que les Algériens ne doivent qu’au régime de bananes surgelées qui les mal-gouverne : l’inflation, chez nous a atteint 5,7 % en 2009 contre 4,4 % pour 2008. L’embêtant avec les catastrophes que l’on ne peut imputer à un arbitre béninois, c’est qu’il faut bien trouver un coupable, ou des coupables. Et là, dans ma quête légitime d’une responsabilité à cette hausse vertigineuse des chiffres de l’inflation algérienne, je me suis paradoxalement trouvé dans la même posture que la justice de mon pays. Elle aussi, dans le scandale Sonatrach peine visiblement à mettre la main sur un homme qui, nous dit-on, serait le cerveau de toutes les machinations diaboliques qui tournent autour de notre pétrole et de notre gaz. J’ai nommé le sieur Hemch. L’homme aurait bénéficié de complicités au plus haut niveau pour prendre la poudre d’escampette au bon moment, quittant le pays pour d’autres cieux moins menaçants, en l’occurrence la Suisse. Cette fuite, nécessairement organisée, très bien organisée, me pose personnellement un problème. Quel est ce mécanisme subtil et surtout mystérieux qui fait que dans les scandales qui éclatent ou qui sont sur le point d’éclater, il y a les présumés coupables qui restent bloqués ici, au bled, et il y a ceux qui sont toujours exfiltrés à l’heure, sans retard d’expédition ? A cette question aussi centrale qu’un commissariat, mon imagination a tenté de trouver des réponses. Ainsi, j’ai pensé à une commission occulte, une sorte de «Conseil des exfiltrations urgentes» qui se réunirait dans un cabinet nécessairement noir, tout juste éclairé par une lampe à pétrole (bien évidemment) et qui déciderait par vote à chéquiers levés de qui doit être gardé, ici, à vue et de qui sera mis illico presto dans le premier avion en partance pour l’immunité et pour un ciel dégagé de tout minaret encombrant. Et dans ce cadre, l’une des réalisations principales de ce C.E.U, de ce Conseil des Exfiltrations Urgentes, c’est une trémie gigantesque. La plus grande d’Afrique. On n’en trouve même pas d’aussi grande en Égypte, c’est dire ! Une trémie construite sous l’aéroport internationale, et qui permet d’évacuer sans trop de vagues ceux qui auront eu le feu vert de la commission pour aller respirer un autre air. Moins vicié. C’est novateur dans un pays jusque-là uniquement spécialisé dans les ponts aériens. Là, si ma théorie s’avère fondée, nous serions en face d’une première en matière d’ouvrages d’art, de constructions pharaoniques : le jumelage entre un pont sous-terrain et un pont aérien ! Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.
www.tacervellesarrete.blogspot.com

Nombre de lecture : 4874

  Édition papier
Lire le journal en PDF

Télécharger la version compressée

CE QUI S’EST RÉELLEMENT PASSÉ À TIBHIRINE

Télécharger

 

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site