Mardi 17 août 2010
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Monde
Contribution
Chronique du jour
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Contribution : POINT DE VUE
INTERDICTION DU LIVRE ÉGYPTIEN AU SILA
Une décision irréfléchie et calamiteuse


Par Abdellali Merdaci*
La décision rapportée par le quotidien L'Expression (9 août 2010) du commissaire du Salon international du Livre d'Alger (Sila) d'en fermer les portes aux écrivains et aux éditeurs égyptiens est dans ses excès à la fois irréfléchie et calamiteuse.
Irréfléchie en raison même du caractère officiel de la manifestation qui associe le gouvernement, principal organisateur, en ce qu'elle préjuge fortement de ce que doivent être aujourd'hui les relations d'États entre l'Algérie et l'Égypte. Calamiteuse, car M. Smaïl Ameziane en justifiant cette mesure intempestive par les éprouvants événements qui ont précédé et accompagné les rencontres entre les sélections nationales de football algérienne et égyptienne dans la phase éliminatoire de la Coupe du monde 2010, surinvestit – sans calcul du risque d'exacerber et de renflouer les chauvinismes à l'affût comme on vient de l’observer à Tizi-Ouzou avec le caillassage du bas d’El Ahly — ce qui a été une scène dramatique entre deux pays, longtemps liés par un destin commun. Sans doute ce sentiment de rejet – vengeur et rédempteur — de l'Égypte que le commissaire du Sila partage avec beaucoup d'Algériens, à juste titre excédés par les heurts et malheurs d'une rencontre de football, est bien réel. Cependant, au-delà des mécontentements vivement exprimés par le peuple algérien, il est revenu – et il revient toujours — au seul gouvernement de prendre et d'assumer publiquement les mesures politiques et diplomatiques les plus appropriées dans cette brève et fulgurante escarmouche du football entre l'Algérie et l'Égypte. Et, bien entendu, d'en prévoir les retombées. L'interdiction par le commissaire du Sila du livre égyptien en figurerait-elle nécessairement un signe ou — si elle relève, comme il l'indique, de la convenance personnelle – un inconvenant et inexplicable dérapage ? Ce qui s'est passé, au mois de novembre 2009, autour de la double rencontre de football entre Algériens et Égyptiens au Caire et à Khartoum rentre désormais dans les plus belles pages de l'histoire du football algérien qui sont, depuis la glorieuse équipe du FLN, des pages émouvantes de courage et de dignité. Ce courage et cette dignité ont été ceux de l'Algérie, de ses footballeurs étonnants de grandeur et d'humilité, de son peuple uni derrière son drapeau et de sa presse remarquablement professionnelle dans le défi médiatique que lui imposaient les puissants moyens audiovisuels égyptiens. C'est cela qui doit ressortir dans le bilan de cet inattendu affrontement du football entre l'Algérie et l'Égypte. Le peuple algérien ne doit pas faire du sport – et particulièrement du football – un facteur de guerre et d'hostilité. Cette querelle, sombre et automnale, autour d'une qualification au Mondial sud-africain, malgré ses dommages évidents, appartient au monde du football. Il convient de la lui laisser. Tout en étant solidaires avec les footballeurs et les responsables du football, reconnaissons-leur cette aptitude à défendre avec détermination et sérénité les valeurs du football algérien et aussi celles du pays. Alors même qu'il n'y a jamais eu de rupture politique entre l'Algérie et l'Égypte, la normalisation par le football semble aujourd'hui en bonne marche comme en témoigne la participation de la JSK à la Ligue des champions de la CAF où elle est confrontée dans son groupe à deux équipes égyptiennes. La JSK a fait un premier déplacement en Égypte où elle a été bien accueillie et elle recevra certainement sur son terrain ses adversaires égyptiens avec cette proverbiale hospitalité qui a toujours honoré ce grand club de football algérien en Afrique et dans le monde arabe. Si l'Algérie n'oublie pas cet angoissant 14 novembre 2009 au Caire et le sang étoilé sur le front de ses footballeurs, elle sait aussi regarder le présent. Je trouve qu'il est aujourd'hui indécent, honteux et même ridicule pour M. Smaïl Ameziane de raviver inutilement les blessures de cette querelle du football. Plus précisément au Sila, l'espace public national espéré pour toutes les ouvertures consensuelles. L'interdiction faite au livre égyptien, à ses auteurs et à ses opérateurs d'entrer en Algérie, dans le cadre d'une manifestation parrainée par l'État algérien, ne peut être assimilée qu'à une censure. Et toutes les censures sont dans leur principe indéfendables. Il ne servira à rien pour les Algériens d'ajouter à la querelle – presque apurée – du football une insensée querelle du livre. L'Égypte reste, malgré la décision résolue de M. Ameziane, un grand pays de littérature et sans doute au premier plan de la production des idées dans le monde arabe. Et si matériellement le commissaire du Sila peut empêcher le livre égyptien et ses auteurs d'entrer en Algérie, il lui sera tout à fait illusoire de prétendre en museler les idées et leur circulation, car la mobilité des idées est à la mesure des progrès des savoirs et de leur universalité. Des exemples entre mille ? La culture hellénique a resurgi, ressuscitée dans le Moyen-Âge européen, des bibliothèques d'Alexandrie, marquant l'ineffable parcours des idées qui façonnent le monde. De la France impériale et républicaine de la seconde partie du XIXe siècle à l'État français de Vichy disloqué pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), dans une situation de longue guerre sanglante et ruineuse contre l'ennemi héréditaire germanique, la philosophie allemande - de Kant à Schopenhauer, Hegel et Ludwig Feuerbach, Husserl et Heidegger - régnait sans partage dans les programmes officiels de l'École et de l'Université. Au début du XXe siècle, la révolution formelle du roman de langue allemande, les sublimes œuvres de Thomas Mann, Hermann Hesse et de leurs nombreux disciples n'auraient pas été possibles sans la proximité et l'influence de la culture littéraire française et de la doctrine réaliste du roman français. En Europe, et partout dans le monde, les guerres les plus désastreuses – fussent-elles de Cent ans — ne jetteront jamais d'insurmontables frontières sur les idées et sur leur échange entre les hommes et les nations. M. Smaïl Ameziane, fermement soutenu par Mme la ministre de la Culture, a-t-il la pleine conscience que sa décision d'interdire au Sila non pas comme de coutume une petite maison d'édition locale mais une nation étrangère engage de la manière la plus exécrable le pays ? Las ! Cette interdiction du livre égyptien confirme cette propension à l'inquisition qui a caractérisée les précédents Salons du livre d'Alger, discréditant définitivement ce rendez-vous dans le calendrier des forums littéraires mondiaux. Tardive surenchère dans une guerre avortée du football, elle ne sera au mieux entendue que par la lie de pseudo-supporters incultes et dévoyés qui caillasse les bus en Égypte et met le feu dans les stades en Algérie, qui n'a le souci ni de l'éthique du sport ni des horizons fraternels de la culture. Il est donc temps de se demander quelle peut être la finalité d'un Sila affichant des ambitions de grosse foire commerciale étroitement provinciale, inconséquemment arrimé aux humeurs imprévisibles de son commissaire et singulièrement aux attentes du pouvoir ? Dans son challenge actuel – probablement une indépassable limite de son cahier des charges ? — le Sila ne promeut ni le lectorat algérien, ni la littérature, ni l'idée de littérature. Au lieu de célébrer les hommes et les femmes qui écrivent, leurs œuvres et leurs pays, le Sila de M. Ameziane et de Mme Toumi décline inépuisablement l'opprobre et l'exclusion et même l'irrépressible coup de force : il y a eu une année, assez lointaine, dédiée à Boualem Sansal pour un petit opus méchant et acide qui ne traversera pas la mer, une année 2008 pour Mohamed Benchicou et son œuvre enlevée chez l'imprimeur, une autre 2009 pour Mehdi El Djazaïri dont le stand au Sila est cadenassé par des vigiles, et pour rester dans cette logique mortifère une année 2010 pour l'Égypte, simplement interdite au nom d'un populisme affligeant. Tristes millésimes, sinistres trophées ! L'avenir du livre en Algérie, et plus généralement la liberté des idées qui y est attachée, ne peut-il se ressentir que de ces portes continuellement fermées dans une étrange farandole de censeurs ? Je veux croire que le livre et les idées qu'il diffuse encouragent le rapprochement et la paix : ils sont la plus sûre passerelle pour la rencontre et l'amitié entre les peuples du monde. Sans aucune exception. L'interdiction déclarée du livre égyptien au prochain Sila est une erreur. Elle est plus qu'une censure. Elle exhale déjà ce fumet malsain de l'autodafé. Et sous ses cendres les clameurs de la haine.
A. M.
* Écrivain-universitaire. A publié L'Institution du littéraire dans l'Algérie coloniale, Constantine, Médersa, 2006. Dernier ouvrage paru : Auteurs algériens de langue française de la période coloniale, Paris, L'Harmattan, 2010.

Nombre de lectures : 646

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site