Lundi 08 novembre 2010
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Corruptions
Culture
Monde
Chronique du jour
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Régressions infécondes !

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr

Après celle de Strauss-Kahn, nous vous communiquons la liste des
prochaines visites de personnalités françaises en Algérie : Ségolène
Royal. Dominique De Villepin. François Bayrou. Nicolas Dupont-
Aignan. Marine Le Pen… Zut ! Le nom du candidat de…
 

… «Chasse et Pêche» qui se présente
à chaque présidentielle, je ne m’en souviens
plus. Mais il viendra aussi !

Aujourd’hui, au tribunal d’Akbou se tient le procès des «8 non-jeûneurs d’Ighzer Amokrane». Peut-être s’est-il même déjà ouvert ce procès au moment où vous lisez ces lignes. Peut-être a-t-il été reporté. Ou peut-être même les non-jeûneurs ont-ils déjà été condamnés à mort pour avoir mangé. Je m’attends à tout au pays de Mohamed Gharbi. Mais il se trouve qu’hier, fait uniquement dû au hasard, au hasard malin, mais au hasard, j’ai replongé dans mes archives personnelles pour les besoins d’un travail d’écriture, un roman. Et j’ai ainsi exhumé de mes cartons sentant l’humidité des coupures de presse datant, entre autres, de 1987. Des extraits d’articles de journaux divers, dont certains ont aujourd’hui disparu, comme Algérie-Actualités. On devrait faire cet exercice plus souvent. Même si l’on n’a aucun projet d’écriture en vue ou travail à préparer. Juste par curiosité. Juste pour vérifier que le temps qui passe, au pays de Belkhadem, est porteur, année après année, de régressions infécondes, terribles. Ainsi, dans des articles datant de cette époque pas si lointaine, j’ai pu relire, tout en me frottant les yeux, des tribunes, des contributions et des témoignages de lectrices et de lecteurs sur un débat qui a eu lieu, bien réel. Celui du volume des hauts-parleurs diffusant les appels à la prière. Bon Dieu ! (c’est le cas de le dire !). Des Algériennes et des Algériens, sur la place publique, dans des journaux, pas dans des caves insonorisées, ni dans des loges P2, ont débattu de la nécessité de réguler les décibels des mégaphones diffusant à partir des minarets El Adhan ! Des citoyens exprimaient ouvertement, avec leurs noms, prénoms, professions et souvent même leurs adresses au bas des lettres leur courroux de devoir subir des pics sonores exorbitants dès les aurores, souvent d’ailleurs l’œuvre de voix chevrotantes ne donnant franchement pas envie de sortir de sous la couette. Et d’autres citoyens défendaient, eux, le droit à l’amplification sans bornes de ce genre d’appels. D’autres, enfin, à mi-chemin des deux, tentaient de justifier des seuils sonores tolérables par tous. Dans la diversité. Je n’ose même pas imaginer un tel débat aujourd’hui. Qui signerait en 2010, de son nom, une contribution dénonçant les mégaphones hurleurs des mosquées ? Mais ce que subiraient ces suicidaires serait pire que l’inquisition qui s’abat ces derniers mois sur les non-jeûneurs. Ça serait peut-être même pire que la peine capitale infligée à Gharbi. Ça serait carrément la falaqa, ensuite, le bûcher ! Et cette régression-là, nous y sommes «arrivés » en moins de 15 ans. Très vite. Terriblement vite. Dans quinze autres années, si Dieu me prête vie, je ne pourrais peut-être même plus consulter mes archives. Elles auront été brûlées par les brigades d’officiers exégètes. Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.

Nombre de lecture : 4075

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site