Jeudi 25 novembre 2010
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
LE SOIR NUMÉRIQUE & SAT
Culture
Chronique du jour
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Toujours se méfier des jolis noms !

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr

Une délégation de chanteurs algériens attendue au Bangladesh.
Je pense que…

… tous en reviendront

Je vais finir par croire qu’il ne s’agit pas d’une coïncidence, et que c’est fait exprès ! Vous avez remarqué ce phénomène, s’agissant des cités où se déclenchent des émeutes ? Tenez ! Ces dernières heures, c’est à Diar El… Afia que les barricades ont été élevées. Avant, c’était Diar Echems qui s’était embrasée. Bien avant, c’était la Cité Mer et Soleil qui avait bougé. Bien avant encore, la Cité Gai Soleil avait elle aussi vibré des clameurs de la colère. Bien, bien avant, c’était la Cité La Montagne qui avait retenti des cris vengeurs des jeunes déchaînés. Pourtant, La Montagne est belle s’il l’on en croit ce bon vieux Jean, qu’il repose en paix. Enfin, quoi qu’il en soit, force est de constater que là, nous ne sommes que devant des noms qui évoquent en théorie la joie de vivre et le bien-être. A croire que c’est un être profondément sadique, un dangereux pervers, un désaxé chronique qui s’est chargé de baptiser ces endroits de noms aussi chantants. Le même sûrement qui a affublé d’autres quartiers de noms aussi horribles que Diar El Kef, Cité de la Bataille de Bouzegza, Haï Badr, Lotissement Double Canon ou encore Ilot Boubellout. Rien que tu entends ces noms, t’as envie de prendre tes jambes à ton cou en priant Dieu que la rue perpendiculaire que tu viens d’emprunter pour fuir ne soit pas une impasse. Et pourtant, les faits sont là, les statistiques aussi. Il n’y a jamais eu d’émeutes à la Cité de la Bataille de Bouzegza. Il y en a eu des dizaines à Diar El Afia. Va comprendre ! Et surtout va expliquer aux étrangers qui scrutent l’Algérie tous les jours qu’à la Cité Mer et Soleil, il n’y a ni mer ni soleil, mais des gaz lacrymaux. Et a contrario, comment faire avaler aux mêmes étrangers que, des balcons de la Cité Double Canon s’échappent parfois de doux filets de musique classique juste entrecoupés par des «Fatma, tu peux servir le thé maintenant ! Dans le service en porcelaine de Limoges, ma bonne amie !» D’ailleurs, pourquoi s’embarrasser de l’avis d’un étranger sur cette question. Ici même, les opinions divergent. Tenez, un ami à qui je faisais part de ma réflexion profonde et intense sur les cités aux jolis noms qui s’embrasent au moindre quiproquo et sur les cités aux noms horribles mais qui ne bougent jamais, cet ami donc m’a encore plus plongé dans la perplexité. Juste en me précisant que dans la région d’où il est natif, le mot «Afia» veut dire «feu» et non «tranquillité». Ben mince alors ! Si en plus de tout cet imbroglio, il fallait tenir compte des variantes linguistiques régionales, on ne s’en sortira jamais ! Se sortir de Diar El Afia ? C’est sûrement la question que doivent se poser en ce moment les ministres de l’Habitat et de l’Intérieur. Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.

Nombre de lecture : 4634

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site