Jeudi 16 Décembre 2010
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
LE SOIR NUMÉRIQUE & SAT
Culture
Chronique du jour
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


La recette infaillible pour un bon redressement !

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr
Réagissant aux propos de Brice Hortefeux sur le durcissement de
l’octroi des visas aux Algériens, Halim Benatallah, notre secrétaire
d’Etat chargé de la communauté algérienne à l’étranger, a déclaré :
«Ça ne se passera pas comme ça ! S’il le faut, j’irai à Paris pour
protester officiellement.»

T’as un visa au moins ?

Que faut-il pour opérer un bon redressement ? La question n’est pas superflue ni saugrenue. Car on ne s’érige pas du jour au lendemain redresseur. On ne se lève pas un matin, en découvrant devant sa glace qu’en l’espace d’une nuit, on s’est subitement transformé en redresseur. Non ! Redresseur, c’est une vocation, un sacerdoce. Mais le don du redressement à lui seul ne suffit pas. Il faut également un certain nombre de conditions réunies pour faire un bon redressement, un redressement fiable, un redressement opérant, un redressement efficace, un redressement en tous points imparable. D’abord, il faut un feu vert. Pas rouge, pas rose bonbon, pas mauve ni fuchsia, mais vert. Le feu vert, c’est le signal indiscutable que l’opération de redressement peut commencer. Ensuite, il faut quelques bonnes poires. Deux ou trois bonnes poires. A défaut, si ce n’est pas la saison des poires, vous pouvez vous rabattre sur des pommes. L’essentiel n’étant pas, au fond, le goût des poires, mais leur volume extérieur et leur capacité à faire la poire, c'est-à-dire, en gros, trôner au milieu d’une table sans trop se la ramener. Une bonne poire, quoi ! Ensuite, il vous faut un siège. Un bon gros siège, une villa kitch, horriblement kitch où vous installerez plein de petits sièges et les tables qui vont avec. Un redressement sans siège, sans villa surplombée d’un drapeau ne serait pas valable aux yeux de ceux qui ont donné le feu vert. D’ailleurs, ce sont généralement eux qui vous fournissent le siège ou, à défaut, vous orientent vers l’agence immobilière appropriée, dûment agréée. Arrivé à ce niveau-là de conditions réunies, de paramètres respectés, votre redressement est sur la voie de la réussite. Zut ! J’allais oublier un élément fondamental. Le fax. Bien sûr, le fax ! Il vous faut impérativement un réseau fax étoffé. C’est grâce à lui que vous pourrez annoncer à la presse que les ralliements à votre opération de redressement sont de plus en plus nombreux, frôlent le raz-de-marée. Et qu’est-ce qui se passera une fois toutes ces étapes accomplies scrupuleusement ? Qu’est-ce qui arrivera, hein ? Rien ! Juste attendre. Attendre le prochain feu vert. Tout en fumant du thé… vert, bien sûr, pour rester éveillé à ce cauchemar qui continue.
H. L.

Nombre de lecture : 4937

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site