Mardi 10 Mai 2011
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Sports
Femme magazine
Le Soir Retraite
Culture
Monde
Contribution
Chronique du jour
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML



ENQUÊTE PARLEMENTAIRE SUR L’HUILE ET LE SUCRE
Le FNA soupçonne le règlement de comptes

Le président de l’Assemblée populaire nationale (APN), Abdelaziz Ziari, qui a cru utile et de bon aloi d’instituer une commission d’enquête parlementaire sur l’affaire dite désormais de «l’huile et du sucre» qui aurait été à l’origine des émeutes du début de l’année, ne voit pas les groupes parlementaires enfourcher son initiative comme des moutons de Panurge. Le Front national algérien (FNA), sollicité pour y prendre part, lui poste, en retour, de pertinentes remarques. Suite...


COLLECTIVITÉS LOCALES
Plus de 1 000 communes touchées par la grève

Les travailleurs des communes affiliés au Syndicat national autonome des personnels de l’administration publique ont commencé leur grève illimitée hier. Suite...


MALGRÉ LES PROMESSES D’OULD ABBÈS
Les médecins résidents ne reculent pas

Le Camra (Collectif autonome des médecins résidents algériens) a déclaré, hier, que toutes les actions de protestation programmées sont maintenues. Le Camra dénonce l’absence d’engagement écrit de la part du ministre de la Santé de répondre favorablement à leurs préoccupations. Un sit-in de protestation a été organisé, hier, au niveau de l’hôpital de Bab-El-Oued, à Alger. Suite...


RISQUE DE PÉNURIE DE LAIT DANS LA CAPITALE
Les distributeurs menacent d’une grève à partir du 14 mai

Les distributeurs de lait de la wilaya d’Alger menacent de débrayer à partir du 14 mai prochain s’ils ne reçoivent pas une réponse à leurs revendications de la part du ministère de l’Agriculture avant cette date. Suite...


DOUANES
Vers une grève

Les travailleurs des Douanes de la région centre observeront, le mercredi 11 mai, une journée de protestation sur site. Suite...


SIDI-BEL-ABBÈS
Après avoir fermé l’APC, les citoyens de Makedra s’en prennent à la maison du maire

Cela fait près de trois mois que le torchon brûle entre le président de l’APC de Makedra (Sidi-Bel-Abbès) et les citoyens qui se sont mobilisés pour exiger son départ ainsi que celui de son secrétaire général, leur reprochant la mauvaise gestion de la commune. Cependant, selon nos sources, le problème serait ailleurs, notamment dans des rivalités inavouées dans cette petite localité de 2 000 habitants. Suite...


JUSTICE
Trois ans de prison ferme requis contre le maire de Boumerdès

Le procureur près la cour de Boumerdès a requis, dans un procès en seconde instance, une peine de 3 ans de prison ferme et 1 million de dinars d’amende contre Sarni Mohand, maire de Boumerdès, élu sur la liste du Parti des travailleurs. Suite...


RÉSIDENCE HORIZON BLEU À STAOUÉLI
La loi du «plus fort»

Déposer une douzaine de sacs de ciment au bas de son balcon dans un emplacement normalement réservé au stationnement des véhicules des voisins est la dernière trouvaille d’un magistrat hors du commun et la énième provocation d’une dame se croyant, de par sa fonction, intouchable, disons-le, injusticiable… Suite...


Contribution
Sous le pavé des polémiques, la quête de l’histoire

Pr Abdelmadjid Merdaci *
mmadjid10@yahoo.fr

La polémique qui met en confrontation publique le sénateur Yacef Saâdi et Mme Louisette Ighirlahriz apparaît, au premier regard, circonscrite à l’établishment algérois et fait sens moins par les faits mis en cause – la véracité de la participation de Mme Ighilahriz à la guerre d’indépendance — que par tout ce qui, par glissements multiples et de longue durée, l’a rendue possible et les nouveaux enjeux qu’elle inscrit dans l’espace public national. Les mises en cause ad hominem ont communément et tragiquement scandé les cheminements escarpés de la guerre algérienne contre la domination coloniale entre 1954 et 1962 tant au sein de l’ALN que du FLN sur fond d’instrumentalisation de la mystique de la clandestinité et de ses contraintes, certes peu discutables. Entres suspicions légitimes ou infondées de manipulation de l’adversaire – on sait ce qui était advenu notamment en Wilaya III et en Wilaya IV — et luttes âpres de pouvoir à différents niveaux des institutions du FLN, s’était construite une manière d’entre soi frontiste, avec ses codes, ses secrets, ses passeurs et en tout état de cause avec ses appareils, ses hiérarchies, au bout du compte de plus en plus imperméable au plus grand nombre d’Algériens.
Suite...


La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site