Lundi 31 Octobre 2011
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Sports
Femme magazine
Corruptions
Culture
Société
Monde
Chronique du jour
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


La question que tout le monde
se pose en silence !

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr
A tout hasard, mais vraiment à tout hasard, je rappelle à
ceux qui l’auraient oublié que la…

… polygamie est autorisée en Algérie !

Bien sûr qu’elle est là, la question. La vicieuse question. Celle que l’on n’ose pas se poser à haute voix, mais qui nous taquine la gorge, tellement qu’on se cache aux toilettes pour tousser : demain, des élections générales en Algérie, le FIS l’emportera-t-il ? Ah ! Je vous avais prévenus, la question est vicieuse. D’abord, parce que j’évoque des élections, des «ELECTIONS», et pas les bidouillages habituels. Ensuite, parce que le FIS est théoriquement hors champ. Comme était d’ailleurs hors champ Ennahda en Tunisie. Alors ? Demain, élections démocratiques en Algérie, on bascule ou pas ? Mais non ! Mais non ! Il ne s’agit pas d’agiter la menace islamiste sous nos nez effarés ni d’épouser la démarche du régime qui ferait du chantage à sa survie sur le dos du péril vert. Je rassure tout de suite mes amis. Tous mes amis qui dénoncent à juste raison ce mécanisme pervers. Mais en même temps, que fait-on avec cette question ? On la jette à la poubelle ? On la range dans un tiroir, on ferme le tiroir à double tour et on confie les clefs au syndicat des conducteurs de Caddy blancs ? Que fait-on avec cette foutue question : demain, des élections réellement démocratiques en Algérie, le FIS peut-il l’emporter ? Peu importe d’ailleurs le sigle islamiste, l’ordre des trois lettres et la couleur du drapeau. Appelez-le SIF, IFS, ISF, repeignez son oriflamme en rose bonbon, et relookez Haddam en jean baskets ou en costume Gucci, la question ne change pas : demain, des élections démocratiques en Algérie, le SIF l’emportera-t-il ? Demain, des élections démocratiques en Algérie, l’IFS aura-t-il la charge de rédiger la future constitution du pays ? Demain, des élections démocratiques en Algérie, l’ISF devra-t-il composer le gouvernement avec sa seule majorité saupoudrée d’une pincée de coalition national-conservateurs ? D’accord, je vous enquiquine avec ma question lancinante. Il est vrai que j’aurais pu continuer sur le registre facile et qui ne mange pas de pain. Celui de la dérision exclusivement tournée vers et contre les voisins tunisiens et libyens. L’exercice facile. Utile pour les zygomatiques, mais tout de même un peu fastoche. Je l’ai fait. Je le referai dès demain peut-être. Mais aujourd’hui, allez savoir pourquoi je me sens plutôt l’âme taquine, un brin chiante, et limite même désagréablement dérangeante : demain, élections démocratiques en Algérie, le FIS l’emportera-t-il ? Je serais vous, je ne me précipiterais pas pour répondre. Encore moins à décréter sur un ton péremptoire et saturé de certitudes que «les jeunes générations ne connaissent pas Abassi Madani et Ali Benhadj». En Tunisie aussi, les gosses en âge de voter ces dernières heures ne connaissaient pas plus Ghannouchi. Et je ne vous parle même pas de l’«aura» insignifiante d’Abduljalil El Traboulsi. Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.

Nombre de lecture : 4047

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site