Dimanche 8 Janvier 2012
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Culture
Société
Chronique du jour
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Cauchemar biométrique !

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr
Affaire de la bigamie présumée de Nadir Belhadj. Les avocats du
joueur pourraient avoir recours à un témoin de bonne moralité.

Mami ?

Ne me dites pas que vous ne l’avez pas vue ! Cette photo était partout ou presque. Plusieurs de vos journaux en ont fait leur Une. Moi, de la voir, ça m’a fait bondir. De joie, je dois bien l’avouer. Je me suis dit «Ça y est ! Le grand jour est arrivé !» Eh oui ! De voir là, en face de mes mirettes, Daho Ould Kablia ministre de l’intérieur du système brandir à la face des Algériennes et des Algériens un passeport bien vert, bien «dialna », j’en ai aussitôt conclu à la seule chose plausible à laquelle tout être normal pense : il nous annonce qu’il va partir, la preuve, il tient son passeport prêt ! Mon Dieu ! Ce jour-là, j’en ai tellement fantasmé. J’en ai tellement rêvé. Qu’un responsable de haut rang du régime vienne publiquement, devant micros et caméras exhiber son passeport et nous annoncer qu’il a fini par prendre LA DÉCISION. The Decision. Partir. Partir, enfin ! Sur le coup, j’ai failli le trouver très sympa mon Daho. J’allais presque verser une larme. Oh ! Juste une, bien sûr. Tout en me disant en mon for intérieur qu’il me fallait dès le lendemain acheter tous les quotidiens du pays pour voir si d’autres caciques du système avaient eu le courage d’emboîter le pas au ministre de l’Intérieur et brandissaient eux aussi leurs passeports en signe de «reddition partante». J’étais tellement heureux et plein d’espoirs que j’en ai appelé aussitôt des amis pour les convier à une zerda, à une fiesta célébrant ce premier «quittage» du navire Algérie par ceux qui en ont vermoulu le pont des années durant. Et c’est justement l’un de mes copains, un mec qui lit la presse à la loupe, en s’attardant sur chaque paragraphe, qui ne dédaigne pas à aller fouiller même dans les faire-part, dans les condoléances et les pensées, qui a refroidi pour toujours mes ardeurs : «Oh ! Hakim ! T’es sûr que t’as bien lu ? Daho, il brandit un passeport biométrique. Jamais il n’a été question qu’il annonce son départ !» Je n’ai rien répondu à mon ex-ami. Ah ! Oui ! Que je vous précise. Après cette douche froide, mon doucheur ne pouvait plus continuer à figurer parmi mes proches. Je l’ai rageusement rayé de ma liste. Je n’aime pas les gâcheurs de rêves ! Et je suis resté seul, vachement seul face à cette photo de Daho Ould Kablia tenant à la main, non pas son propre passeport, mais le premier passeport biométrique. J’aurais dû me méfier. Le mec, sur le cliché sourit. Il sourit trop fort pour quelqu’un qui viendrait nous annoncer qu’il renonce aux restes du gâteau. Grrrrr ! Je m’en veux de ne pas être assez physionomiste et de ne pas savoir décrypter les sourires. Mon Dieu ! Je suis donc maudit et condamné encore et encore à fumer du thé longtemps, longtemps pour rester éveillé à ce cauchemar biométrique qui continue, qui continue.
H. L.

Nombre de lecture : 4006

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site