Mardi 17 Janvier 2012
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Sports
Femme magazine
Le Soir Retraite
Culture
Société
Monde
Contribution
Chronique du jour
Voxpopuli
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Le Soir Retraite : La FNTR, affiliée à l’UGTA, réclame la révision de la loi 83-12 relative à la retraite

Après la décision du gouvernement d’augmenter les pensions, les retraités reviennent à la charge. Lors de leur réunion, le 4 janvier dernier, les cadres syndicaux retraités de la FNTR, affiliée à l’UGTA, ont réclamé la révision de la loi 83-12 relative à la retraite.
Ils interpellent le Premier ministre et les présidents de l’APN et du Sénat afin de prendre en charge le reste de leurs revendications présentées lors de la dernière tripartite. Dans le dossier présenté par l’UGTA, les retraités demandent la révision de l’article 16 ayant trait au droit acquis du minimum de la pension à 100% au lieu de 75% du SNMG actuellement. Ils demandent également l’octroi du coefficient d’actualisation des salaires à chaque fois qu’il y a relèvement du SNMG, pour «réduire le fossé qui se creuse entre les pensions et les salaires d’un même poste de travail». Ils demandent aussi l’exonération de l’IRG à toutes les pensions et allocations de retraite. Pour ce qui est de l’âge du départ à la retraite, qui demeure objet de débat des travailleurs actifs, la FNTR demande l’annulation des dispositions de l’ordonnance 97-13 relative à la retraite proportionnelle et sans condition d’âge. Elle réclame la reconversion des pensions de cette catégorie de retraités, en retraite normale, dès lors que l’attributaire a atteint l’âge de 60 ans. Pour le calcul des cotisations pour la retraite, la FNTR demande la validation des années de service national en faveur des pensions de retraite proportionnelle et sans condition d’âge, dès lors que l’attributaire a atteint l’âge de 60 ans. Et de «rembourser la CNR (Caisse nationale des retraites) des sommes ayant servi au financement des dispositions de l’ordonnance 97-13, depuis 1997, afin de rétablir l’équilibre budgétaire de cette caisse», soulignent les cadres syndicaux retraités de la FNTR. Sont également inscrits au registre des revendications, un relèvement de la majoration pour conjoint à charge, qui est restée figée à 1 731 DA depuis 1998 pour plus de la moitié des pensions, ainsi qu’une actualisation des pensions attribuées avant août 1996, à l’instar de celles qui ont bénéficié de cet avantage, après cette date. L’autre revendication de la fédération a trait à l’uniformisation du montant des allocations familiales à 600 DA/mois/enfant, et ce, quel que soit le montant de la pension perçue. La FNTR appelle également au décompte des 7,5 années accordées aux fils de chahid partis en retraite avant la promulgation de la loi sur le chahid et le moudjahid.
Pour un taux de revalorisation des pensions pour l’année 2012 d’au moins 15%

Cependant, la FNTR trouve que si l’augmentation exceptionnelle des pensions à la charge du budget de l’Etat vient à point nommé «compenser un tant soit peu les faibles revenus des retraités, elle ne suffit pas, à elle seule, pour couvrir les besoins imposés par l’inflation qui sévit dans notre pays». Se basant sur ces arguments, les cadres syndicaux retraités de la FNTR sollicitent le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, afin de leur accorder un taux de revalorisation des pensions pour l’année 2012 d’au moins 15%, dans le but de compléter les mesures de solidarité décidées par le président de la République, d’autant, notent-ils, que le budget de la CNR devrait être renfloué par les augmentations salariales accordées aux deux millions de fonctionnaires, et par le relèvement du SNMG. «Ceci est d’autant plus vrai que l’embellie financière engendrée par un surplus de cotisations sociales depuis 2008 est venue renflouer le budget de la Caisse nationale de retraite, suite au relèvement des salaires pour les actifs», expliquent-ils dans une déclaration finale qui a sanctionné les travaux de la réunion. Ces révisions à la hausse des salaires devraient, selon eux, rapporter quelque 75 milliards de DA de plus chaque année à la CNR. À cela, ils ajoutent l’augmentation du SNMG dès le mois en cours qui générera un surplus de cotisations évalué à plus de 10 milliards de dinars. «Cette aisance financière pourrait donc soulager le portefeuille des retraités par l’octroi des 15% de hausse… », affirment les membres de la fédération.
LSR

Nombre de lectures : 458

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site