Jeudi 19 Janvier 2012
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Sports
Femme magazine
LE SOIR NUMÉRIQUE & SAT
Culture
Contribution
Chronique du jour
Voxpopuli
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


La journée presque banale
de deux policiers antiémeutes !

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr
Les premières conclusions du rapport d’enquête gouvernementale
sur les troubles à Laghouat sont rassurantes. Le sucre et l’huile sont
totalement hors de cause. Par contre…

… la farine et le sel…

- C’est qui, eux qui agitent leurs cartables sous notre nez ?
- Ce sont des lycéens.
- C’est les mêmes que ceux qui manifestaient hier ?
- Non ! Hier, c’étaient leurs enseignants.
- Mais des profs, y en avait en face de nous avant-hier, non ?
- Non ! Avant-hier, c’étaient des profs d’université.
- T’en es sûr ? Parce que je me souviens bien qu’ils portaient
aussi des blouses. Même qu’il y a trois jours, ils manifestaient déjà…
- Tu confonds encore une fois ! Y a trois jours, c’étaient les
profs de médecine qui sont venus se planter devant nous.
D’ailleurs, ils sont un peu couillons ces médecins. Les inspecteurs
en civil qui nous secondent n’ont même pas besoin
de les prendre en photo pour identification ultérieure,
puisque tous portent leurs noms cousus sur leurs blouses !
- Mais des blouses blanches sans nom, j’en ai vu aussi, il y
a moins d’une semaine, je n’ai tout de même pas rêvé !
-Non, t’as pas rêvé effectivement. Les blouses blanches
sans nom inscrit dessus, c’étaient les paramédicaux en colère.
- Ah ! Oui ! Ça me revient. Même qu’avant eux, y avait de
drôles de gugusses sans blouses ceux-là, mai qui brandissaient
des listes tout en faisant des rictus affreux.
- Ces «gugusses» comme tu les appelles manifestaient
contre le mal-logement et le pas de logement du tout. Ils
reprochent aux autorités d’afficher des listes pas très nettes
sur des murs déjà sales, ce qui rend leur lecture particulièrement
pénible.
- Mais dis-moi, et ceux qui, juste avant les mal-logés et les
pas logés du tout, sont venus nous narguer avec d’autres
bouts de papiers agités sous notre pif, c’étaient qui ?
- Les proprios de fusils de chasse ! Munis de leurs permis de
détention d’arme, ils réclament toujours la restitution de
leurs pétards. Ils prétendent que leur enlever leurs fusils,
c’est comme de les priver de leurs femmes…
- Et donc, ce sont leurs femmes qui, pour les soutenir,
avaient manifesté la veille, avant eux ?
- Non ! Ça, par contre, c’était le collectif de lutte contre la violence
faite aux femmes. Elles veulent dénoncer les agressions
de toutes sortes et les discriminations dont elles sont
victimes tous les jours.
- Heureusement que t’es là avec moi pour m’expliquer tout
ça. C’est tellement compliqué ce défilé ! Et demain, tu crois
que nous aurons qui en face de nous ?
- Demain ? Demain, tu devras te débrouiller sans moi ?
Demain, je manifeste à mon tour.
- Ah bon ! Et tu défiles pourquoi ?
- Pour le droit à la retraite anticipée. Parce qu’entre ceux d’en
face qui me font suer toute la journée et toi qui n’arrêtes pas
de me poser des questions, je ne sais plus très bien ce qui
est le plus pénible. Tiens ! Remplace-moi derrière le bouclier,
je prends cinq minutes de pause.
- Une pause ? Pour quoi faire ?
- Pour fumer du thé et rester éveillé à ce cauchemar qui
continue !
H. L.

Nombre de lecture : 8042

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site