Jeudi 26 Janvier 2012
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Sports
Femme magazine
Culture
Monde
Contribution
Chronique du jour
Voxpopuli
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Le parti de Khalifa enfin autorisé à tenir
son congrès à Blida !

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr
Les journalistes de la télé et de la radio veulent une nouvelle
grille. Pourquoi ? Ils trouvent qu’il n’y a pas assez de…

… grilles comme ça, autour d’eux ?

Je n’arrive plus à les comprendre, là-haut, dans le Palais. Il n’y a pas si longtemps, le châtelain, sceptre à la main, avait asséné cette sentence, pouce baissé vers le sol : «Il y a trop de partis politiques en Algérie ! Je vais faire le ménage !» Depuis, non seulement le balai est englué dans des toiles qu’ont tissées sur lui des araignées malicieuses, tellement cet instrument central du ménage n’a pas été utilisé, mais aussi et surtout voilà qu’une des entreprises encore debout du pays s’est remise à produire, à toutes vapeurs, j’ai nommé la fabrique qui agrée les partis politiques. Dix d’un coup ! Ya Bouguelb ! Pour quelqu’un qui voulait imposer une cure d’amaigrissement au champ politique, nous versons, là, carrément dans la boulimie ! Audelà de cette inflation soudaine, de cette flambée d’agréments, de cette poussée natale, de ce baby-boom partisan, il y a surtout, me semble-t-il, à lire l’inconséquence du régime. Son incohérence structurelle. Son absence de démarche claire. Sa cahoteuse progression. Son interminable «titubement». Ses engagements jamais tenus. Ses promesses du matin reniées le soir. Sa fermeté du midi ramollie au souper. Moi, si j’étais dictateur (j’y réfléchis !) et si j’avais menacé de décimer les partis qui polluent la vie des sujets que je martyrise, je ne vois pas ce qui m’aurait empêché de le faire, de passer à l’acte, de commettre la boucherie promise. C’est moi le maître, que je sache ! Et en tant que dictateur, je ne suis pas un trois quarts de président. Je suis un quatre quart pur sucre ! Donc, je bazarde par la fenêtre tout ce que je me suis engagé à bazarder en roulant des mécaniques et des yeux, yek ? Eh ben, là, non ! C’est tout le contraire. De la boucherie, du massacre à la tronçonneuse, du cimetière promis nous sommes, au contraire, passés à la maternité et nous y sommes invités à nous ébahir et nous ébaudir de bonheur devant les couveuses à partis. Vous ne trouvez pas ça bizarre, vous ? Tenez ! Je vais vous faire une confidence. Elle vaut ce qu’elle vaut, mais je vous la livre telle qu’elle m’a été vendue : une source créchant au Palais, mais qui le soir en sort par une porte dérobée pour aller se frotter un peu au peuple, m’a assuré, sous le seau à champagne, qu’au point où ils en sont, là-haut, si Moumène Khalifa déposait aujourd’hui, ou demain – on ne va pas chipoter sur la date exacte – un dossier d’agrément de parti, il n’est pas sûr, pas sûr du tout que cette demande soit rejetée. Bien sûr, il faut toujours se méfier des sources du Palais qui sortent par une porte dérobée, le soir. C’est d’autant plus vrai que le champagne, c’est traître ! Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.

Nombre de lecture : 4093

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site