Culture : Le coup de bill’art du Soir
La Sitelle Kabyle est la vie


Par Kader Bakou
Vous connaissez la Sitelle Kabyle ? Appelé aussi la sitelle de Ledant, ce charmant petit oiseau a été découvert le 5 octobre 1975 dans le mont Babor, en Petite-Kabylie, par un jeune agronome belge Jean-Paul Ledant (d’où son deuxième nom). «L'oiseau est simplement venu me distraire de mes pensées, alors que je rêvassais assis sur une pierre», se rappelle-t-il.
Cette découverte a été un événement scientifique mondial car c’était un oiseau non répertorié. En outre, elle a surpris grandement (et agréablement) le monde des ornithologues. En effet, l'observation d'une espèce endémique inconnue dans le Bassin méditerranéen ne s'était pas produite depuis presque un siècle. «Pour un naturaliste, toute rencontre avec une espèce inattendue est sujet d'étonnement et d'enthousiasme. J'ai d'abord cru avoir affaire à la sittelle corse (ou à une variété de cette espèce), ce qui aurait été plus banal qu'une espèce inconnue mais fort étonnant quand même. Je ne m'imaginais pas que cela puisse être une découverte, convaincu que j'étais d'être sous-informé ou sous-documenté », explique Jean-Paul Ledant. «J'avais été attiré par les conditions écologiques particulières (c'est sans doute la montagne la plus neigeuse d'Algérie) et la présence du sapin de Numidie (espèce endémique du Babor et du Tababor). Vu la présence de ce sapin et de diverses autres espèces de plantes qui s'y trouvaient en populations isolées (par exemple c'est le seul lieu de présence en Afrique du peuplier tremble), c'était un lieu de découvertes potentielles», explique-t- il encore. Propre à l'Algérie, cette espèce de passereau est étroitement apparentée à la sitelle corse et à la sitelle de Krüper avec lesquelles elle forme le groupe des sitelles «mésogéennes». La sitelle corse possède deux chants : le chant habituel et le chant territorial. La sitelle kabyle a un chant très semblable, mais discernable, au chant territorial de la sitelle corse. La similitude entre la sitelle corse et kabyle est remarquable, non seulement en ce qui concerne la morphologie, mais aussi pour ce qui a trait aux préférences d'habitat, au comportement de chasse et à la voix. Selon J. Vielliard, l'isolement des deux espèces serait très ancien, datant de 6 ou 7 millions d'années. La Sitelle Kabyle sera encore observée (découverte) en 1989 dans la forêt de Guerrouch (Jijel) ainsi que dans les forêts de Tamentout et de Djimla (Sétif) en 1990. La Poste algérienne a consacré un timbre à la Sitelle Kabyle en 1979. La Sitelle Kabyle, un vrai oiseau rare qui mérite notre protection.
K. B.
bakoukader@yahoo.fr





Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2012/03/22/article.php?sid=131872&cid=16