Dimanche 28 Octobre 2012
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Culture
Contribution
Voxpopuli  
Ici mieux que là-bas
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Actualités : ÉPICERIES ET COMMERCES DE PROXIMITÉ
Les permanences assurées à hauteur de 40%, selon l’UGCAA


Bilan mitigé de l’instruction faisant obligation aux commerçants d’assurer des permanences. Dans certains quartiers de la capitale, il était difficile de s’approvisionner hier tandis que dans d’autres, épiciers et marchands n’ont pas tourné le dos à la notion de service public.
Nawal Imès - Alger (Le Soir) - L’ambiance presque ordinaire dans certains quartiers au deuxième jour de l’Aïd contrastait avec le vide sidéral dans d’autres. A Bab-El-Oued, si le marché Nelson est resté fermé, les habitants du quartier n’ont visiblement pas été privés de fruits et de légumes. Les petits baraquements autour du marché sont restés ouverts hier. Leurs propriétaires proposaient fruits et légumes à des prix que tous les consommateurs ne trouvaient pas «raisonnables ». Sur l’avenue du Colonel Lotfi, les épiciers n’ont pas baissé rideau permettant aux habitants du quartier de s’approvisionner en aliments de base même si le lait en sachet restait le grand absent, forçant les consommateurs à se rabattre sur le lait conditionné en Tetra pack. Au quartier Trois-Horloges, animation toute particulière. Les magasins, même le fleuriste, sont restés ouverts. Pas d’interminables queues ni de tension sur les produits de base. Sur l’avenue Hassiba, par contre, le décor était tout autre : presque aucun magasin n’était ouvert. Aux alentours du marché Ali- Mellah, d’habitude grouillant de monde, point de marchands ambulants. La circulation y était particulièrement fluide. Le marché étant fermé, les consommateurs ne pouvaient acheter aux alentours que des fruits proposés par le seul magasin resté ouvert. A Belouizdad, animation moyenne : quelques commerçants ont assuré le service tandis que d’autres ont tout simplement baissé rideau. Résultat de cette adhésion plutôt mitigée aux injonctions du ministère du Commerce, les prix ont connu une augmentation sensible à laquelle les consommateurs semblent habitués. Résignés, ils s’habituent à payer beaucoup plus cher et s’attendent à ce que la situation dure plusieurs jours puisque la tradition est préservée en dépit des instructions fermes du ministère du Commerce. Ce dernier avait en effet, en coordination avec les directions du commerce et les walis délégués, établi les listes des commerçants de permanence durant les jours de l'Aïd. Le département de Benbada avait averti que les commerçants qui ne respecteraient pas l'instruction émise par les ministères du Commerce et de l'Intérieur seront exposés à des sanctions dont la fermeture de leurs commerces durant 30 jours ou à des amendes. La liste des commerçants devant assurer des permanences avait été établie au niveau des communes et a concerné les boulangeries, l'alimentation générale, les fruits et légumes et les pharmacies. L’UGCCA, partie prenante de l’opération, faisait état hier d’un taux de suivi de 40% de l’instruction, appelant à sanctionner les commerçants qui n’ont pas joué le jeu.
N. I.

Nombre de lectures : 552

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site