Dimanche 28 Octobre 2012
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Culture
Contribution
Voxpopuli  
Ici mieux que là-bas
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Actualités : DISPARITION ET ASSASSINAT DU JEUNE AGHILÈS HADJOU
Les assassins étaient «ses amis»


Le corps du jeune Hadjou Aghilès, enlevé le 18 du mois en cours, sur lequel ont été constatées des traces d’étranglement, a été retrouvé trois jours après sa disparition par les éléments de la gendarmerie de Tigzirt.
Ligoté et enveloppé dans un sac en plastique, le corps de la victime a été enterré non loin d’une plage, dans la localité d’Aït Chaffa, près d’Azeffoun. C’est ce qu'a déclaré le commandant en chef de la compagnie de Gendarmerie nationale de Tigzirt, dans un point de presse organisé jeudi dernier, au siège du commandement régionale de la gendarmerie à Tizi-Ouzou. Hadjou Aghilès, fils d'un entrepreneur d'Azeffoun, a été victime d’un traquenard que lui ont, vraisemblablement, tendu ses amis. C’est l’usage de la puce téléphonique de la victime utilisée le lendemain par l’un de ses ravisseurs qui a mis les gendarmes enquêteurs sur la piste de deux supects qui se trouvent être les propres amis de Aghilès et avec lesquels il a l’habitude de sortir et avait pris rendez-vous, le jour même, dans un endroit connu des jeunes amis. Et c’est justement suite à ce rendez-vous que la disparition de la victime sera déclarée, alors que la piste de l’enlèvement du jeune homme par des terroristes ou par tout autre groupe armé aux fins de demande de rançon était sur toutes les lèvres. Le véhicule sera retrouvé le lendemain abandonné dans un garage situé à quelques encablures de l’agglomération. C'est là, d'après les premiers éléments de l’investigation, qu'il sera étranglé et son corps transporté vers un autre endroit pour y être enterré. C’est l’interception par les enquêteurs de l’appel effectué à partir de la puce téléphonique de la victime par l’un de ses présumés assassins, à partir de la station balnéaire de Boulimat, qui a permis l’identification de tous les suspects dont deux furent arrêtés le lendemain à Azeffoun. Le troisième, qui restait introuvable jusque-là, sera finalement arrêté, à son tour, par les gendarmes dans la journée de vendredi dernier, devant son domicile, à Azeffoun. Les auteurs présumés de cet ignoble crime ont tous la particularité d’être jeunes et passaient pour être des amis de la victime. Ils ont tous moins de 25 ans. Ils sont réputés avoir une conduite irréprochable et ne traîner aucun antécédent judiciaire, dira le commandant Younès Bouzekri du commandement de compagnie de Tigzirt de la Gendarmerie nationale qui dit tout ignorer, au stade actuel de l’enquête, du mobile et des motivations criminelles des trois suspects. Rappelons que l’enterrement du jeune Aghilès, dont la mort a jeté l’émoi et la consternation au sein de la population à Azeffoun, voire même au-delà, s'est déroulé jeudi dernier, en présence de Mme Souad Bendjabellah, ministre de la Solidarité nationale, ainsi que des autorités de wilaya de Tizi-Ouzou.
S. A. M.

Arrestation d’un quatrième suspect µ
Au deuxième jour de l’Aïd, les gendarmes enquêteurs, grâce au concours des citoyens, ont pu arrêter une quatrième personne âgée de 33 ans amie des trois auteurs de l’enlèvement et répondant aux initiales A. Y. Cette arrestation a eu lieu au village El-Koudia, relevant de la commune Aït-Chaffa. Il est reproché à cette personne la non-dénonciation de l’enlèvement, et ce, même si elle n’y a pas participé directement. A noter que la présentation à la justice des trois auteurs et leur complice se fera lundi matin.
R. N.

Nombre de lectures : 431

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site