Dimanche 28 Octobre 2012
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Culture
Contribution
Voxpopuli  
Ici mieux que là-bas
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Le wali d’Alger et son péché capital !

Par Hakim Laâlam  
Email : hlaalam@gmail.com
Marché noir de la devise. Les autorités sont profondément
divisées : il y a ceux qui prônent de le tolérer. Et il y a ceux
qui conseillent de l’encourager.

C’est vrai que ce n’est pas la même chose !

L’information a été donnée par un quotidien national. Elle demande, bien évidemment, à être confirmée. Si elle l’est, le fait est grave. Grotesquement grave ! A une question du journaliste de Libertésur le nombre élevé de bars et de débits de boissons alcoolisées fermés dans la wilaya d’Alger, le wali, le premier responsable du territoire «Capitale», répond «faux !». Il explique qu’il n’y a aucune politique du gouvernement ni des autorités locales visant l’éradication du commerce des boissons alcoolisées et spiritueux. Jusque-là rien de bien extraordinaire. Pas de quoi faire mousser le haut du verre ! Sauf que le wali rajoute ceci, et c’est là que ça dérape fort, très fort : «Seul Dieu, qu’il me pardonne d’ailleurs, sait le nombre de licences que j’ai délivrées personnellement pour l’ouverture de nouveaux restaurants commercialisant des boissons alcoolisées.» J’ai bien lu «qu’il me pardonne d’ailleurs» ? C’est cela que j’ai lu, n’est-ce pas ? Le journal est là, en face de mes mirettes. Je lis et je relis ! Le wali d’Alger demande pardon à Dieu pour ce péché «capital» qu’il a commis à l’encontre de son plein gré consentant. Il implore pardon d’avoir fait son boulot de wali ! Il supplie la mansuétude du Divin (à prononcer sans détacher les syllabes !) pour le paraphe infâme qu’il a eu à apposer sur les autorisations d’ouverture de bars et de restaurants servant le breuvage maudit. Mon Dieu que cet homme, que ce saint-homme doit être torturé ! Que son âme pure et pourtant souillée par ceux qui l’ont obligé à être wali de la République non encore totalement islamique doit souffrir le martyre ! Mais faut lui dire à ce vénérable monsieur ! Faut lui communiquer une info qu’il ne semble pas détenir et qui est tellement importante pour le repos de sa conscience : personne ne l’oblige à être wali de la RADP ! Oui ! Personne ne le contraint à demander pardon à Dieu pour l’exécution de son cahier des charges de wali de la République. Il peut dès maintenant, là, à la seconde, refuser le parapheur qu’on lui met sous le nez et dans lequel figurent des demandes d’autorisation de vente d’alcool, vider les tiroirs de son bureau, ramasser les bibelots perso qui y trônent, rendre le portable, le mobile et les clés de la voiture de la Wilaya, rentrer en tramway chez lui et enfin pouvoir dormir sur ses deux oreilles, être en conformité avec ses idées et convictions religieuses et ne plus devoir implorer le Grand Pardon publiquement ! C’est aussi simple que cela ! C’est de toutes les manières beaucoup plus simple que cette mascarade contorsionniste qui consiste pour un haut commis de l’Etat, celui en charge des affaires de la première cité du pays, la capitale en une sorte de reniement et de prise à témoin de la population : «Voyez ! Moi, je suis contre, mais je n’y puis rien !» Si t’es contre coco, t’as rien à faire dans ce bureau. Du moins, tant que c’est un drapeau vert et blanc, frappé d’une étoile et d’un croissant rouges qui flotte au-dessus de la Wilaya. Et pas un drapeau entièrement vert. Ou entièrement noir. Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.

Nombre de lecture : 6569

 

Dernier sondage
Pensez-vous que, au
vu du tirage au sort de
la Can-2013, les Verts peuvent se qualifier au
2e tour ?

Oui : 63,18%
Non :
32,07 % 
Sans opinion: 4,75%

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site