Dimanche 14 avril 2013
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Culture
Contribution
Ici mieux que la-bas
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Sports : Il est l'artisan du seul sacre des Verts en CAN
Cheikh Kermali tire sa révérence


La ville de Aïn Fouara est en deuil. L’Algérie en général et Sétif en particulier viennent de perdre une figure emblématique du football national en la personne de Abdelhamid Kermali, décédé, hier, à l’âge de 82 ans, des suites d'une longue maladie. Un des monuments du mouvement sportif national. Ancien joueur de l’USFMS (Union sportive franco-musulmane de Sétif), puis de Lyon, membre de la glorieuse équipe du FLN, et l’unique entraîneur algérien ayant remporté la Coupe d’Afrique des nations, Abdelhamid Kermali s’est éteint hier après-midi, à son domicile de la cité Beaumarchais, à Sétif.
Tombé gravement malade début novembre 2012, Kermali a été transféré à l’hôpital militaire de Aïn Naâdja où il séjourna plus de quatre mois. Rentré il y a juste une quinzaine de jours, il a finalement perdu ce match tellement déséquilibré. «Il est parti en s’étant battu comme il l'a toujours fait, comme il l'a toujours inculqué à ses joueurs et à ceux, nombreux, qu'il a entraînés pendant tant d'années sur les terrains de football», a déclaré, les larmes aux yeux, l’ex-joueur de l’ESS, Nacir Adjissa. A l’annonce de sa mort, une grande foule s’était présentée hier devant le domicile du défunt. Il y avait ses amis de l’Entente de Sétif des années 1960 comme les frères Mattem, Laïd Messaoudi, les anciens joueurs de l’ESS, toutes générations confondues, et aussi de simples citoyens ayant connu et apprécié feu Kermali, tous venus pour rendre un dernier hommage à une icône du football national. «C’est mon ancien coéquipier. Il ne se fatiguait jamais sur le terrain. Il a toujours répondu présent pour son pays et pour son club, l’ESS. C’était une personne au grand cœur qui adorait Sétif. Il a beaucoup apporté à la formation des jeunes joueurs. Il a remporté plusieurs titres. Il marquera à jamais l’histoire du club. Il nous laissera un grand vide», dira Laïd Messaoudi. Né en 1931 à Béjaïa, le jeune Abdelhamid Kermali abandonne très tôt le chemin de l’école pour se consacrer à sa passion, le foot. Il commence sa carrière en Algérie, à l’USM Sétif (USFMS à l’époque), puis à l’USM Alger. Après une suspension de deux ans, il part en France en 1955, où il passe par les clubs du FC Mulhouse, de l’AS Cannes et de l’Olympique Lyonnais, club avec lequel il joue 65 matchs et inscrit 13 buts en première division, le plus haut niveau national dans l’Hexagone. En 1958, il quitte la France pour Tunis pour constituer l’équipe du Front de libération nationale (FLN) en compagnie de Mekhloufi, Aribi... À l’indépendance de l’Algérie, le Cheikh réintègre l’USMS qui rachète son contrat de Lyon. En 1962, Kermali s’investit dans le club algérois qu’il quitte en 1967 pour l’Entente sportive de Sétif (ESS) en qualité d’entraîneur-joueur ; l’Aigle noir sétifien remportera cette année-là la Coupe d’Algérie. Technicien de premier ordre, il est le premier entraîneur à introduire le 4-3-3 en Algérie. Les méthodes du Vieux font de lui l’un des techniciens les plus sollicités du continent. Il entraînera de nombreux clubs (USMan, CSC, USC, HBCL, CABBA, USMS, ESS, MCA…) dirigera Al-Ittihad de Tripoli et Ras Al-Kheïma. Il conduira les juniors algériens au Championnat du monde au Japon. En 1990, il fut l’entraîneur de l'équipe d'Algérie qui remporta la Coupe d'Afrique des nations organisée sur sa terre. De l’avis de tous ceux qui ont témoigné hier et toujours, Abdelhamid Kermali a mis son expérience au service du football national en tant que joueur et en tant qu’entraîneur. Le défunt sera inhumé aujourd’hui, dimanche, au cimetière de Sidi Khier.
Repose en paix «Cheikh», ton étoile illuminera à jamais toute l’Algérie qui te pleure déjà et qui ne t’oubliera jamais.
I. S.

Nombre de lectures : 423

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site