Mardi 6 septembre 2016
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Retraite
Culture
Contribution
A fonds perdus  
Soit dit en passant
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Culture : Des jeux de société qui font fureur aux États-Unis
Dahmane Dahmani veut lancer Zhi Zhu et Zinga-Zinga en Algérie


Le monde est petit ! Nous avons rencontré, hier, lundi, à Alger, Dahmane Dahmani, «l’ange gardien» de notre confrère Arezki Metref à San Francisco au printemps dernier. Au restaurant «Yulmaz» d’Alger-Centre à quelques mètres de la place Audin, Dahmani a parlé et présenté ses jeux de société «Zhu Zhi» et «Zinga-Zinga» qu’il a l’intention de lancer en Algérie.
Après un riche parcours professionnel et scientifique aux Etats-Unis, Dahmane Dahmani, micro-électronicien de renom, détenteur de six brevets d’invention chez Intel (le géant des puces d'ordinateurs), revient donc en Algérie avec deux jeux de société inspirés de jeux millénaires.
Ayant constaté les effets négatifs des jeux vidéo sur les liens familiaux, Dahmani a engagé un travail de recherche pour trouver un moyen de divertissement qui pourrait réunir les membres de la famille.
Le Zhi Zhu est inspiré d’un jeu vieux d’au moins deux mille ans et qui était joué dans une grande partie de l’Afrique du Nord, de l’Égypte jusqu’aux limites de l’actuel Maghreb. C’est à Ath Saïda, dans la wilaya de Béjaïa, que Dahmane Dahmani a retrouvé les traces de ce jeu connu localement sous le nom d’El Feldja. Ce jeu est également représenté par un dessin rupestre dans cette même région.
En visite dans la région en 2015, Dahmani a décidé de porter encore plus loin le message que les habitants de ce village avaient gravé sur des dalles de pierre bleue à la Thajmaât (lieu de rencontre des villageois). Il invente alors une nouvelle version de ce jeu avec des règles similaires mais plus évoluées. Il fabrique aussi un prototype et le fait tester aux Etats-Unis où il organise des tournois dont un à la prestigieuse Université de Berkeley. Le département d’anthropologie de cette même université l’invite à donner une conférence sur les jeux antiques, une autre opportunité pour lui de faire connaître une partie du patrimoine national algérien. Le jeu est très apprécié aux Etats-Unis et dans les pays du Golfe. Mais, c’est surtout en Algérie que Dahmani souhaite le lancer en priorité. Pour lui, faire revenir ce jeu au pays serait un juste retour des choses et aussi un hommage à son village d’Ath Saïda. Zhi Zhu est un mot en chinois qui veut dire «araignée», car le jeu ressemble à une toile d’araignée.
L’histoire du Zinga-zinga est très familiale. En 2006, Yanni Dahmani, alors âgé de 12 ans, a été pour beaucoup dans l’invention de ce jeu que son père avait imaginé à partir du jeu classique de domino. Le Zinga-Zinga !, un jeu de chance et de stratégie, a été d’abord lancé aux Etats-Unis. Dahmane Dahmani a décidé de le lancer récemment en Algérie avec une version familiale et une version «voyage». Zinga-Zinga ! permet aux joueurs de s’affronter en découvrant, sur une carte, les images des monuments emblématiques de différents pays ou villes.
Le jeu peut être proposé en version «pays» ou en version «villes». Ceci, ainsi, permet aux joueurs de s’amuser tout en apprenant la géographie et l'histoire avec cet outil éducatif.
Son nom vient de Zinga, mot en Swahili (langue africaine) qui veut dire tourner autour du cercle.
Après avoir obtenu deux baccalauréats (algérien et français) avec mention en 1975, Dahmane Dahmani décroche une bourse d’études pour les Etats-Unis. Il y obtient un diplôme dans le domaine de l’automatisme et de l’électronique en seulement trois ans au lieu de quatre. Il décroche, ensuite, un master dans cette même branche, en une année et demie au lieu de deux ans d’études.
En 1981, il est recruté par Intel où il sera chargé de la conception des puces électroniques. Il revient en Algérie en 1984 pour effectuer son service militaire. Il va aussi travailler à la compagnie Sonatrach. En 1987, il est rappelé par Intel. A partir de 1992, il obtient six brevets d’invention dans le domaine de l’électronique au niveau de cette même firme.
En 2006, il prend une «retraite» anticipée et se lance, avec son fils Yanni, dans le domaine des jeux de société. Ils inventent le jeu Zingamino qui sera vendu sous licence par la compagnie américaine Jax, Ltd. De 2007 à 2012, Dahmane Dahmani rejoint quelques «startups» pour en diriger des équipes d'ingénieurs et de technical marketing toujours dans le domaine des puces électroniques.
En 2013, il rejoint la compagnie Qualcomm, le géant international du «wireless» basé à San Diego, spécialisée dans la création de puces pour téléphones mobiles. En 2015, il prend une autre «retraite» pour se consacrer à sa passion, la création et l’innovation dans le domaine des jeux et des jouets, une passion qu’il partage avec son fils et ses deux filles qui sont tous membres de l’entreprise familiale : LZG Games & Toys, basée à San Diego, aux Etas-Unis.
Le Zinga-Zinga ! et le Zhi Zhu peuvent être joués à partir de l’âge de 5 ans. Lundi à Alger, Dahmani a également plaidé pour une «culture du jeu». Un jeu de société n’est souvent pas seulement un «simple» (et sain) divertissement.
«Dans un jeu, on a des possibilités de faire des choix qui vont déterminer l’issue de la partie. Dans la vie aussi, nos choix déterminent notre avenir», a-t-il fait remarquer.
Kader B.

Nombre de lectures : 570

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site