Jeudi 12 janvier 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Supplement TIC  
Les choses de la vie
Ce monde qui bouge  
Soit dit en passant  
Digoutage  
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Découverte majeure !

Par Hakim Laâlam  
Email : hlaalam@gmail.com
Donald Trump vient de nommer son gendre conseiller
spécial à la Maison Blanche. Al-hamdoulillah ! Ce genre
de trucs tordus…

… ça ne peut pas arriver chez nous. Abadan !

Un miracle, encore un ! Je pense, sans risque majeur - ni même index, encore moins auriculaire - de me tromper que nous sommes le seul pays au monde capable d’avorter une main. Si ! Si ! Je vous assure ! Vous lisez un peu partout ces dernières heures des appels officiels à faire «avorter la main de l’étranger et d’en débarrasser l’Algérie». Avorter une main ! M’enfin ! Fût-elle de l’étranger ou MIB, Made In Bladi, je rappelle quelques trucs. Une main, ça ne s’avorte pas ! Ça peut se faire museler dans un gant. Ça peut se faire couper. Mais avorter une main, c’est… disons… médicalement pas réalisable. A moins que des chercheurs algériens, tenus à l’anonymat le plus complet, cachés dans quelque laboratoire jamais recensé dans l’annuaire des laboratoires officiels, protégés par le secret et la raison d’Etat, n’aient… cherché et découvert le moyen extraordinaire de faire avorter une main. Auquel cas, nous serions franchement ballots de ne pas enfin ébruiter la chose, de la garder pour nous. Ça serait une découverte extraordinaire. Tous les pays qui comptent sur cette planète, surtout ceux qui comptent nos sous, se bousculeraient chez nous pour nous supplier de leur vendre cette découverte. Ou du moins, leur permettre d’y accéder, fusse en mode transfert de technologie. En même temps, je comprendrais un peu la frilosité des autorités algériennes par rapport à cette question. L’avortement a toujours été un sujet tabou, ici ! Quantité de médecins croupissent en prison pour avoir pratiqué clandestinement l’avortement. Mais bon ! Là, c’était sous sa forme «conventionnelle». Du coup, je me pose la question : l’avortement d’une main sera-t-il autorisé ? Qui pourra le pratiquer, hormis Bellahmar, bien sûr ? Et puis question centrale : durant sa convalescence, pourra-t-on prescrire du RHB à une main avortée pour l’aider à se remettre sur… pied ? Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.

Nombre de lecture : 3048

  Édition papier
Lire le journal en PDF

Télécharger le journal en zip

     

Le soir videos

 



 
Video sur Youtube    

Dernier sondage 
Pensez-vous qu’Ould Abbès pourra ramener rapidement le calme à la « maison  FLN » ?
Oui : 12,20%
Non : 81,30%
Sans opinion : 6,40%

 

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site