Jeudi 16 février 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Supplement TIC  
Les choses de la vie  
Ce monde qui bouge  
Soit dit en passant  
Digoutage
Faits divers
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Le syndrome gaulois !

Par Hakim Laâlam  
Email : hlaalam@gmail.com
Syrie ! Plus de 70 morts dans des affrontements entre
deux groupes «djihadistes».

Sivouplé, que personne n’intervienne
pour séparer ces Frères !

Décidément, 132 ans auront laissé plus que des traces. Plus qu’une histoire. Un lien psychotique ! Inversons un peu les choses, et tentons de retourner le scénario : quelques mois avant 2019, un des candidats à la présidentielle algérienne, si elle se tient en 2019, bien sûr, si elle compte plusieurs candidats, bien sûr débarque à Roissy-Charles-de-Gaulle. Il est accueilli au bas de la passerelle par la crème de la crème des autorités françaises, le Premier ministre en tête. Il est conduit au salon d’honneur où les p’tits-fours et le champagne hallal lui sont servis, une forêt de micros et un mur de caméras l’entourant soudain-tout-à-coup, le tout éclairé comme un 14 Juillet par les flashs des centaines de photographes de presse présents. Ensuite, le candidat algérien à la présidentielle testera ses mocassins sur tous les tapis de velours rouge que la République française rose de confusion énamourée lui déroulera. Notre candidat sera invité – que dis-je ? – supplié de rallumer la flamme du soldat inconnu. On l’implorera de venir prononcer quelques mots devant des étudiants de Science-Po bavant devant sa beauté irradiante. Le moindre de ses déplacements bloquera toutes les artères de Paris ville lumière. D’ailleurs, à propos de lumières, la tour Eiffel sera, comme de bien entendu, illuminée aux couleurs de Leicester, le club préféré des Algériens (Oui, je sais, plus pour longtemps ! ). Le candidat à la présidentielle algérienne ira ensuite dans la réserve poussiéreuse du Musée de l’Homme pour y lire la Fatiha par-dessus les crânes de nos ancêtres encore détenus là-bas. A peine sorti du musée, il réunira illico presto, autour d’une bonne table parisienne, tout le MEDEF au garde-à-vous et donnera dans le détail, pour les cinq prochaines années, la tendance lourde, moyenne et légère des rapports économiques et sentimentaux entre les deux capitales. Il se pourrait même qu’il aille jusqu’à promettre une forme light de repentir algérien des exactions commises par l’ALN et le FLN contre les valeureux soldats français durant la «rébellion» de 54 à 62. Ensuite, et seulement ensuite, les Français, à contre-cœur, le laisseront revenir en Algérie. Où il pourra à loisir fumer du thé et rester éveillé à notre cauchemar qui continue.
H. L.

Nombre de lecture : 3009

  Édition papier
Lire le journal en PDF

Télécharger le journal en zip

     

Le soir videos

 



 
Video sur Youtube    

Dernier sondage 
Pensez-vous que les candi-
dats indépendants auront une chance d’être élus lors des prochaines législatives ?
Oui : 24,40%
Non : 66,90%
Sans opinion : 8,70%

 

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site