Mardi 14 mars 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Retraite
Culture
Monde
Contribution
A fonds perdus  
Soit dit en passant  
Digoutage
Faits divers
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : Retrait du Maroc de Guerguerat
«De la poudre aux yeux»


L’interminable conflit entre le Maroc et le Sahara occidental se met à peser très lourd parmi les dossiers en charge de la communauté internationale. L’affaire Guerguerat est venue raviver un feu que tous tentent de contenir.
Abla Chérif - Alger (Le Soir)
- Les responsables de la RASD (République arabe sahraouie démocratique) crient leur colère. Hier, c’était au tour du ministre sahraoui des Affaires étrangères d’intervenir, lors d’une conférence de presse, pour faire une mise au point aux propos des Marocains. «L’annonce du retrait marocain de Guerguerat est une fausse information, une manœuvre pour tromper l’opinion publique internationale», assène Ould Salek devant une presse avide de détails sur une affaire qui défraye la chronique depuis de longues semaines. Guerguerat : ce no man’s land de quelques kilomètres se situe à la frontière entre le Sahara occidental et la Mauritanie. Vers la fin du mois d’août dernier, l’armée marocaine crée la surprise en entamant la construction d’une route goudronnée à quelques kilomètres de son mur de défense.
Le Front Polisario alerte les Nations-Unies, la communauté internationale et dénonce une «grave violation du cessez-le feu» par la partie adverse.
Le roi du Maroc se défend en faisant tout d’abord croire à une opération de poursuite entamée contre des contrebandiers et des éléments terroristes qui ont pris la fuite hors du territoire où ils étaient pourchassés. Très vite, il s’avère que les troupes marocaines ont été en fait déployées pour assurer la sécurité de convoyeurs marocains chargés d’écouler de la marchandise en Mauritanie.
L’affaire se déroule en période de crise intense entre Mohamed VI et l’ex-secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon accusé de parti pris pour avoir entrepris des démarches en faveur d’une accélération du processus devant mener à l’autodétermination du peuple sahraoui. Engagé dans une politique de fait accompli, le roi se distingue également en sommant les forces onusiennes de maintien de la paix au Sahara occidental de retourner à leur QG. Les faits prennent alors une tournure dangereuse.
Décidés à ne pas se laisser faire, les Sahraouis envoient de leur côté des troupes chargées de mener des incursions dans ce no man’s land considéré comme faisant partie des territoires libérés. Le nouveau président de la RASD, Brahim Ghali, se déplace en personne sur les lieux et diffuse des photos où on le voit entouré de militaires aguerris à la guerre des sables. Des images effarantes dévoilent également un dispositif militaire de défense aérienne déployé par le Front Polisario. Des quotidiens espagnols en font quotidiennement leur Une. A New York, des voix s’élèvent pour attirer l’attention sur les dangers pouvant découler d’une telle situation.
Dans les couloirs des Nations-Unies, des pourparlers s’entament discrètement avec les deux parties. Six mois plus tard, le 27 février dernier, le Maroc crée une autre surprise en annonçant son retrait de la zone de Guerguerat. Comme l’ont fait précédemment Brahim Ghali et d’autres responsables de la RASD, le ministre sahraoui des Affaires étrangères affirmait hier que les forces marocaines ne se sont pas retirées comme elles le prétendent. «Elles se sont retirées de quelques mètres uniquement, c’est de la poudre aux yeux.» La phrase de Joachim Chissano, envoyé spécial de l’Union Africaine pour le Sahara occidental, résonne plus que jamais dans les esprits : l’étincelle risque de raviver le feu…
A. C.

Nombre de lectures : 1855

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site