Jeudi 20 avril 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Sports
Femme magazine
Culture
Régions  
Supplément TIC  
Les choses de la vie  
Ce monde qui bouge  
Soit dit en passant  
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : Transport maritime
L’ENTMV renforce ses parts de marché vers l’Europe


La flotte maritime de l’Entreprise nationale de transport maritime de voyageurs (ENTMV), filiale du Groupe algérien des transports maritimes (GATMA), arrive à rentabiliser ses dessertes vers le continent européen, malgré une concurrence déloyale comme sur la ligne Alger-Espagne-Alger.
Younès Djama - Alger (Le Soir) - Le bilan d’activité pour l’année 2016 de l’entreprise, dépendant du ministère des Transports, dont le Soir d’Algérie a pu consulter le contenu, fait ressortir que cette année-là a connu une amélioration en moyenne annuelle du coefficient de remplissage qui passe à 49% pour les passagers et à 66% pour les auto-passagers contre respectivement 42% et 56% l’année précédente. Les objectifs tracés par l’entreprise ont été atteints à hauteur de 106%, peut-on lire dans le document. En chiffres, cela se traduit par 20 296 passagers et 10 462 auto-passagers transportés durant l’année écoulée.
Les trois réseaux de l’ENTMV (France, Espagne, Italie) ont connu des augmentations substantielles en termes de réalisations physiques, et ce, «grâce à une meilleure programmation commerciale et une tarification des plus étudiées», ainsi qu’une «certaine agressivité commerciale dans un domaine très compétitif partagé par 4 entreprises (une algérienne, une française et deux espagnoles)».
Il est utile de rappeler que l’activité commerciale de l’ENTMV se réalise au moyen de ses trois navires en propriété (Tariq Ibn Zyad, Tassili II et El Djazaïr II) et le recours à l’affrètement sur le marché international de navires notamment en haute saison. Le recours à ce moyen (affrètement) vise à renforcer les capacités de l’entreprise pour faire face à la demande de la clientèle installée à l’étranger, et aussi, en vue de contrer la concurrence tant maritime qu’aérienne appliquant actuellement la formule low-cost.
Durant la saison estivale 2016, le navire affrété C/F Elyros a participé à hauteur de 46% pour les passagers et 51% pour les auto-passagers. A savoir : 71 658 passagers sur un total de 155 176 transportés durant la saison estivale, et 23 041 véhicules d’un total de 44 971 transportés par les navires de l’ENTMV.
Ces bons résultats traduisent, de l’avis des responsables, la capacité d’adaptation de l’entreprise aux données du marché, et ce, en adoptant une politique commerciale modulée suivant la demande du marché, la concurrence pratiquée et l’offre de l’entreprise.
Il est aussi utile de signaler que les réalisations physiques, tous réseaux confondus, enregistrées durant l’exercice 2016 par rapport à 2015, et contre 5 traversées en moins, ont augmenté de +51 235 passagers et de + 22 370 auto-passagers, passant ainsi de 328 278 passagers en 2015 à 379 513 en 2016, et de 121 158 auto-passagers en 2015 à 142 697 l’année suivante.
Les parts de l’ENTMV sur le réseau France ont connu des améliorations depuis 2007, grâce à une meilleure programmation commerciale et une offre plus importante de capacités durant la saison estivale, ainsi qu’à la mise en place d’une politique de tarification modulée, ce qui a permis à l’entreprise de gagner plus de parts de marché sur ce réseau passant de 56% en 2007 à 76% en 2016. Soit bien plus que le concurrent principal MCM (ex-SNCM) dont les parts sont à peine un peu plus de 20% durant 2016.
L’ENTMV a adopté d’importants efforts pour fidéliser sa clientèle installée au sud de l’Europe et notamment en France. Et bien que la société maritime nationale ait réduit durant l’exercice 2016 le nombre de traversées vers le sud de la France, elle a pu augmenter son coefficient de remplissage de 47 162 passagers et de 18 200 véhicules.
Les statistiques indiquent que la ligne Alger-Marseille est la prédominante sur toutes les autres, représentant presque la moitié des traversées programmées sur le réseau Algérie-France-Algérie, avec une participation de plus de 48% sur cet indicateur, donnant des résultats sur le trafic passagers et auto-passagers respectivement de 61% et 59%.
Sur la ligne Algérie-Espagne-Algérie, l’ENTMV demeure le «maître à bord» avec des parts de marché de 88% contre respectivement 10 et 2% pour ses concurrents, Tras-Mediteranea et Baleria.
Un certain dynamisme des flux est à noter sur ce réseau, avec une moyenne annuelle de 180 000 passagers sur les 3 dernières années, réalisant ainsi des parts de marché avoisinant les 90% sur ce réseau, ne laissant que 10% pour la concurrence qui, toutefois, ne se manifeste qu’en saison estivale (juin-septembre) et qui pratique une politique commerciale très pénalisante pour l’ENTMV.
Cette pratique est illustrée par les agissements de la société Baleria dont la concurrence déloyale a fait que le niveau des parts de marché de l’ENTMV a chuté de 2% , notamment après le dumping appliqué en pleine saison estivale attirant de la sorte la clientèle de la société nationale. Et malgré l’engagement de Baleria à assurer le transport à longueur d’année, cette entreprise n’a activé que pendant la saison estivale.
Sur la ligne Algérie-Italie-Algérie, c’est plutôt l’éclaircie, surtout que l’ENTMV a pu récupérer une clientèle algérienne qui, auparavant, transitait par la Tunisie avec tous les aléas qui accompagnaient cette traversée. Durant l’année 2016, et pour huit traversées contre 6 en 2015, l’entreprise maritime nationale a transporté 1 658 passagers et 317 auto-passagers par rapport à 2015, soit respectivement +28% et +21%.
S’agissant du transport maritime urbain, le rapport 2016 fait état d’un taux de remplissage relativement satisfaisant en prenant en compte le nombre de voyages effectués, et en fonction de la destination desservie.
La ligne Alger-Jijel demeure la plus rentable, tandis que la ligne Pêcherie/ El Djamila a enregistré un chiffre d’affaires satisfaisant grâce à une clientèle de plus en plus fidélisée. La ligne Alger-Cherchell, nouvellement créée, n’a pas eu les résultats escomptés et le chiffre d’affaires reste «très bas» comparativement aux autres lignes.
Cela est dû essentiellement à la durée de la traversée qui demeure très longue d’après les sondages réalisés auprès de la clientèle, sachant que par l’autoroute Est-Ouest la durée est plus courte que celle de la traversée par la mer.
Y. D.

Nombre de lectures : 1413

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site