Jeudi 18 mai 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Supplement TIC  
Les choses de la vie  
Ce monde qui bouge  
Soit dit en passant  
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : Le Maire de Tizi-Ouzou quitte le parti
Un autre coup de tonnerre au RCD


Abdelouahab Aït Menguellet, le premier magistrat de la commune de Tizi-Ouzou, une des plus «sensibles» du pays tant les courants qui la traversent emportent souvent ceux qui s’y aventurent, a annoncé, hier, sa démission du RCD, parti au sein duquel il a milité depuis le tout début des années quatre-vingt dix.
Un coup de tonnerre d’une résonance telle que si l’on doit se fier à certaines indiscrétions, cela risque fort de donner des idées à d’autres militants de l’incontournable représentation du RCD au chef-lieu de la wilaya de Tizi-Ouzou. «Il y a des moments dans la vie où l’on est contraint de prendre des résolutions parfois cruelles.»
C’est ainsi que l’édile et désormais ex-militant du RCD a annoncé sa démission devant les journalistes auxquels il a fait part de «cet acte solennel» qu’il a voulu à la hauteur de la gravité de la décision, dit-il. Sans trop vouloir se justifier ni s’adonner à la polémique, Aït Menguellet a voulu adresser son faire-part exclusivement «aux militants dévoués du RCD» et à «(ses) concitoyens qui m’ont élu à la magistrature municipale de la commune la plus symptomatique d’Algérie». A ceux-là et uniquement à eux, tient-il à préciser, il estime devoir des justifications car «conscient de l’obligation morale» qu’il leur doit. Si sa fidélité aux idées et aux hommes – ce sont ses mots – était jusque-là sans faille, à l’instar de celle de milliers de militants à la sincérité et à l’engagement avérés, le président de l’APC de Tizi-Ouzou a décelé «des comportements et attitudes inappropriés et déviationnistes à plus d’un titre dont se sont rendus coupables, ces derniers temps, ceux qui étaient censés en être les objecteurs».
Puis, pour poursuivre l’énumération des raisons ayant fait qu’il coupe les liens avec le RCD, Abdelouahab Aït Menguellet prend l’exemple du moment «lorsque le choix de la représentation des citoyens au Parlement», autrement dit, l’établissement de la liste des candidats à l’APN, s’est entaché de «puérilité et d’accommodements». Et de poursuivre : «Lorsque des connivences et des égoïsmes s’entrelacent, et des appétits s’avivent, lorsqu’on commue une défaite cinglante en un moment de festoiement, lorsqu’on adopte une attitude sélective et dédaigneuse…» cela résonne comme «un reniement des valeurs originelles du Rassemblement», juge le maire de Tizi-Ouzou. En tous les cas, pour ce dernier, l’espace de la pratique politique s’est inexorablement amenuisé, devenant «l’apanage de quelques illuminés». Le tout sans vouloir nommer quiconque parmi ces «illuminés». Aux interrogations des journalistes, le premier magistrat de la commune parmi les plus pénibles à administrer du pays, et militant sans doute pas de ceux qui pèsent (désormais pesaient) le moins au RCD, balaye d’un revers l’argument selon lequel cette démission serait liée au fait qu’il n’ait pas été retenu parmi les candidats à la députation. «Avant les législatives, j’aurais pu accepter la proposition d’être sénateur lorsque celle-ci m’avait été faite ; d’ailleurs, des élus d’autres partis m’avaient assuré de leur concours…», argue le maire de Tizi-Ouzou avant de lâcher : «Les listes confectionnées grâce aux sacs d’argent, je ne suis pas d’accord. Il y a des militants plus méritants et plus à même d’être candidats à l’Assemblée nationale.» Pour ensuite insister à mettre sa démission sur le compte de la trahison, mot qu’il n’utilisera pas toutefois, des idéaux du Rassemblement dans lequel il a milité pendant vingt-huit ans. Ainsi, après Nordine Aït Hamouda, l’année dernière, c’est une autre figure de proue du RCD qui vient allonger la liste des cadres ayant décidé de couper les ponts avec leur parti, à l’instar de ces milliers de voix qui lui ont fait défaut pour se contenter d’un peu plus de 18 000 lors des législatives d’il y a deux semaines.
A. M.

Nombre de lectures : 1959

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site