Jeudi 18 mai 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Supplement TIC  
Les choses de la vie  
Ce monde qui bouge  
Soit dit en passant  
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Panama Papers, l’effet pschitt !

Par Hakim Laâlam  
Email : hlaalam@gmail.com
En grève de la faim, Touati menace de recourir à des
organismes internationaux.

McDonald’s ? King Burger ? KFC ?...

Faut vraiment qu’on arrête avec ces histoires de «comptes offshores» et de révélations dites «Panama Papers». On nous a déjà livré un listing d’Algériens, parfois haut placés, très haut placés et disposant de comptes cachés aux Panama, aux Bahamas, aux îles Vierges, voire même aux îles plus très Vierges. Et en quoi ça a agité le bocal algérien ? En rien ! Rebelote ces dernières heures avec une nouvelle fournée de détenteurs de comptes dissimulés. Et l’eau dans le bocal restera encore stable, sans une ride à sa surface. Et tout ça, bon Dieu, pour une raison toute bête : les preuves avérées ou supposées comme telles de corruption ne font tomber personne en Algérie ! Je n’invente rien en rappelant qu’un mec condamné pour intelligence avec l’ennemi, mis en cabane, vu quelques heures après son emprisonnement déambulant dans l’une des places «chics» de la capitale, cet homme-là s’est vu confier ensuite les clés de la première compagnie du pays, celle qui nous permet encore de bouffer, un chouia en bas, beaucoup, en haut. Je rappelle aussi qu’un ancien ministre qui s’apprêtait à livrer aux ricains notre sous-sol, et nos sous-vêtements en prime, a été exfiltré du pays juste à temps pour échapper aux services de sécurité. Puis, a été rappelé au bled, avec accueil VIP à l’aéroport et tournée des zaouïas tous frais payés par l’Etat ! NORMAL ! D’autres choses, peut-être des choses à inventer, feront tomber les corrompus et les traîtres, mais plus la corruption ! Nous allons encore lire quelques jours encore qu’un tel détient 290 comptes aux îles Caïman. Que tel autre aurait acheté la quasi-totalité des hôtels et palaces des îles Canaris, voire même telle autre serait à la tête et aux jambes relevées de quantités de sociétés fiduciaires immatriculées aux îles Kouchetoilà, et ensuite, blasés, nous replierons les pages de nos journaux, pour les plus écœurés d’entre nous, nous les jetterons, ces canards, et nous continuerons à nous interroger plus trivialement sur les dangers de l’excès de sucre dans nos boissons gazeuses, à l’approche du Ramadhan. Nous avons banalisé l’innommable ! Et nous en sommes arrivés à ce paradoxe terrible : nous nous accoutumons aux comptes offshores des «compères compatriotes». Mais nous nous offusquons et nous éructons jusqu’à l’émeute sur le scandale du match ESS-USMH ! Tout est là. Dans cette schizophrénie. Enfin presque tout. Parce qu’il reste tout de même ce thé que nous pouvons encore fumer pour rester éveillés à notre cauchemar qui continue.
H. L.

Nombre de lecture : 2890

  Édition papier
Lire le journal en PDF

Télécharger le journal en zip

     

Le soir videos

 



 
Video sur Youtube    

Dernier sondage 
Pensez-vous que Zetchi pourra ramener la sérénité à la FAF en cette fin de saison houleuse ?
Oui : 20,50%
Non : 73,60%
Sans opinion : 5,90%

 

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site