Lundi 19 juin 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Corruption  
Monde  
Faits divers  
Kiosque arabe  
Soit dit en passant  
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : TERRORISME
La branche algérienne de Daesh anéantie


Frappée à la tête à la fin du mois de mars dernier, lorsqu’une opération, dans l’agglomération constantinoise, avait permis de mettre fin à la longue traque menée contre son chef, Nouredine Laouira, alias Abou Hamam, il était dit que les jours de la phalange Al-Ghoraba étaient comptés, celle-là même qui a annoncé son allégeance à Daesh en prenant le relais de Jund al-Khilafa en Algérie, l’année dernière.
Une élimination qui a donc décapité le groupe de Constantine et, depuis, les terroristes le composant n’ont pas fini de tomber les uns après les autres, comme cela avait été le cas de M. Youcef alias Zoubeïr, donné comme candidat en puissance à un potentiel attentat kamikaze et abattu, toujours à Constantine, alors qu’il portait une ceinture piégée, au moment où celui qui l’accompagnait ce jour-là, le 19 avril dernier, Haflaoui en l’occurrence, avait été arrêté comme le seront trois autres membres de la phalange héritière de Jund Al-Khilafa pas plus tard que la semaine dernière, à la nouvelle ville Ali-Mendjeli de Constantine après une opération combinée des trois corps des services de sécurité, montée suite au recueil de renseignements faisant état de la présence du trio de terroristes qui seront vite identifiés comme étant A. Moadh, M. Omar, connu sous le sobriquet d’El-Kaâkaâ, et
D. Abdellah, alias Hacen Al-Acimi, ces deux derniers comptant chacun une dizaine d’années dans les groupes terroristes ayant écumé l’est du pays, entre Constantine et les deux voisines, Skikda et Jijel principalement.
Une triple arrestation qui, apparemment, n’a pas été sans influer sur le moral de ce qui reste des membres de ce groupe puisque, selon une information relayée par les canaux du ministère de la Défense samedi en fin d’après-midi, le terroriste dénommé B. Fayçal, connu sous le nom d’Abou Sofiane, s’était rendu dans la matinée du même jour aux autorités militaires de Skikda alors qu’il était muni d’un pistolet mitrailleur kalachnikov, de munitions, d’une paire de jumelles et d’un téléphone portable.
A l’instar d’El-Kaâkaâ et Al-Acimi, arrêtés la semaine dernière à la nouvelle ville de Constantine, B. Fayçal a rejoint les groupes terroristes il y a une dizaine d’années. L’exploitation des informations fournies lors du débriefing de B. Fayçal a permis aux éléments de l’ANP de récupérer un autre pistolet mitrailleur kalachnikov et trois chargeurs garnis appartenant au terroriste M. Omar, alias El-Kaâkaâ, arrêté une semaine plus tôt à Constantine.
Deux mois donc après avoir été frappée à la tête, avec la mise hors d’état de nuire de son émir, Abou Hamam, Laouira Nouredine de son vrai nom, la filière algérienne de Daesh a vu ses rangs décimés avec la neutralisation, entre éliminations et arrestations, de sept de ses membres, sans compter la neutralisation de Sadek Hebbache, alias Abou Doujana, le bras droit d’Abou Hamam, à la mi-octobre dernier.
Lorsque, en fait, commençait à sonner le début de la fin du deuxième groupe terroriste algérien ayant prêté allégeance à l’Etat islamique d’Al-Baghdadi.
M. Azedine

Nombre de lectures : 2937

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site