Samedi 12 aout 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Sports
Femme magazine
Régions  
  Culture  
  Soirmagazine  
  Faits divers  
Lettre de province  
Soit dit en passant  
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : MIGRATION
Guerre aux réseaux clandestins


L'Algérie est en guerre contre les réseaux responsables de l'afflux massif de migrants africains vers son territoire et ne rate plus aucune occasion pour le faire .

Abla Cherif - Alger (Le Soir) - Ce week-end, Noureddine Bedoui a fait savoir officiellement que les autorités étaient déterminées à lutter contre des «groupes criminels spécialisés dans la traite des Noirs» mais sans fournir pour autant de détails sur le sujet. Ce dernier s'est contenté de lier naturellement le fait à l'immigration clandestine à laquelle le pays fait face depuis un certain moment et rassurer une nouvelle fois quant au traitement réservé aux migrants lors de leur rapatriement vers leur pays d'origine.
La lutte contre les réseaux spécialisés dans le trafic humain est pourtant au centre de l'une des plus grosses guerres qui se mène à nos frontières. Pour mieux gérer ses territoires, l'Algérie a y compris décidé de placer de vastes étendues sous contrôle militaire pour permettre aux soldats de contrôler plus efficacement les déplacements humains qui s'y opèrent.
Ces mesures contraignent les civils désireux de traverser ces régions à se présenter auprès des autorités militaires chargées de leur délivrer des laissez-passer. Des informations publiées par Le Soir d'Algérie, il y a quelques semaines, faisaient également savoir que les nomades peuplant ces zones ont été informés de l'entrée en vigueur de ces nouvelles directives. Cette tâche semble avoir été facilitée par la mise en place de mesures similaires en Mauritanie.
De larges étendues frontalières avec l'Algérie ont été placées sous contrôle militaire, avait annoncé le ministère mauritanien de la Défense avant d'expliquer, sur son site officiel, que son souci était de mettre fin aux activités des contrebandiers qui pullulent dans ces régions.
Des sources algériennes très proches du dossier nous ont récemment fait savoir qu'un travail d'information mené en concertation avec des pays voisins a permis à l'Algérie d'obtenir des données très utiles. «Nous avons des noms de passeurs, nous savons comment ils agissent et quelle est leur finalité. Ces groupes sont spécialisés dans la traite des Noirs et l'Algérie est pour eux une cible.»
Les mêmes sources indiquent, par ailleurs, que des enquêtes ont permis de remonter jusqu'à «la tête de certains réseaux et d'arrêter les responsables. Ils ont été présentés devant la justice et condamnés à la prison».
«Des enquêtes ont été également menées dans les milieux des migrants et elles ont parfois abouti à des résultats effrayants.»
Certaines de ces conclusions auxquelles ont abouti les recherches ont été dévoilées à l'opinion publique par la présidente du Croissant-Rouge algérien (CRA). «Nous avons découvert la présence de 3 000 enfants non accompagnés et chargés de mendicité et de 6 000 femmes spécialisées dans la prostitution», affirmait Benhabylès, il y a peu. Les concernés ont été rapatriés dans leur pays d'origine. Les 1er et 4 août derniers, plus de 900 Nigériens ont été rapatriés lors de deux opérations successives. Une troisième vague suivra dans les jours à venir, a annoncé la présidente du CRA. «Tous les moyens ont été mis en place pour éviter d'être à nouveau face à la même situation : noyés sous le flux des réfugiés et noyautés», commentent les personnes ayant, de près ou de loin, affaire au dossier.
A. C.

Nombre de lectures : 3296

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site