Dimanche 10 septembre 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Sports
Femme magazine
Régions  
Contribution  
Le Soir Santé  
Faits divers  
Culture  
Soit dit en passant
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Faits divers : Pénétrante de Tizi-Ouzou
120 travailleurs du chantier de Djebbahia licenciés, interpellent les pouvoirs publics


120 travailleurs contractuels du chantier de Djebbahia et travaillant pour le compte de la société turque Ozgün réalisatrice de la pénétrante de Tizi-Ouzou, ont été récemment écartés par cette entreprise qui a refusé de renouveler les contrats à certains d'entre eux alors que d'autres dont les contrats courent toujours, elle les a libérés en leur payant les mois restants.
D'après ces travailleurs en colère, ils auraient accepté la fin de leurs contrats les liant à cette société avec laquelle ils travaillaient depuis des années, c'est-à-dire depuis le début des travaux de cette pénétrante il y a un peu plus de trois ans, s'il s'était agi de la fin du projet.
Or, ce n'est pas le cas puisque cette société, selon eux, aurait décidé de résilier leurs contrats pour ramener une main-d'œuvre étrangère depuis la Turquie.
Aussi et tout en réclamant les indemnités de départ pour ceux dont les contrats sont toujours en cours, fussent-ils pour un mois, ils demandent aux autorités du pays au plus haut niveau d'intervenir pour faire appliquer à ces sociétés étrangères les lois de la République qui les obligent à recruter la main-d'œuvre locale.
Pour rappel, alors que la pénétrante de Béjaïa qui a démarré presque en même temps, avance d'une manière plus ou moins acceptable puisque, une partie non négligeable du tronçon de 40 kilomètres entre l'échangeur d'Ahnif et la sortie Est a été déjà livrée en attendant un autre tronçon de 30 kilomètres qui sera livré, selon les déclarations des responsables, avant novembre prochain, la pénétrante de Tizi-Ouzou peine à voir le... bout du tunnel. Il est vrai que pour le cas de la pénétrante de Tizi-Ouzou, de tunnels et surtout de viaducs, il n'y en a que cela et par dizaines sur toute la longueur de 48 kilomètres dont une douzaine sur le territoire de la wilaya de Bouira. Une distance minime mais au relief accidenté et surtout au sol glissant qui nécessite pour toute cette partie des viaducs dont un sera considéré, une fois réalisé, comme le plus haut et le plus long d'Afrique.
Mais pour le moment, les choses avancent plutôt mal que bien. Probablement à cause de la complexité des ouvrages d'art.
Y. Y.

Nombre de lectures : 384

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site