Dimanche 10 septembre 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Sports
Femme magazine
Régions  
Contribution  
Le Soir Santé  
Faits divers  
Culture  
Soit dit en passant
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : Ali Benflis dénonce le projet de financement non conventionnel :
«Un tel choix entraînera le pays dans une spirale dangereuse»


Le parti de l’ancien chef du gouvernement Ali Benflis, Talaie El Houriat dénonce fermement le projet du nouvel exécutif de Ahmed Ouyahia, qui consiste «à recourir au financement non conventionnel» de l’économie nationale. «Un tel choix entraînera le pays dans une spirale dangereuse», avertit le parti, dans un communiqué sanctionnant une réunion de son bureau politique, hier samedi à Alger.

Kamel Amarni - Alger (Le Soir)
- Fidèle à sa ligne d’opposition frontale à Abdelaziz Bouteflika, le candidat aux présidentielles de 2004 et 2014 notera, à travers le même communiqué, «avec une grande préoccupation que la situation économique a atteint une gravité sans précédent et que les gouvernements qui se sont succédé ont prouvé leur incapacité à relever les défis induits par cette situation et à y apporter les réponses et les mesures nécessaires. En témoigne, la décision de recourir au financement non conventionnel, adoptée par le dernier Conseil des ministres et présentée comme la solution idoine à l’effondrement économique actuel».
Pour Ali Benflis, «un tel choix entraînera fatalement le pays dans une spirale dangereuse, le recours à la planche à billets mènera inéluctablement à l’explosion des prix, à une incontrôlable dévaluation du dinar et à une inflation galopante». L’ancien candidat aux présidentielles et qui a sérieusement inquiété Bouteflika à deux reprises avertira encore que «cette situation de crise économique majeure, en période de rentrée sociale, va se répercuter, sans aucun doute, sur les couches vulnérables de la population, ouvrant la voie à des instabilités sociales inévitables, et à des risques sérieux sur la sécurité et la stabilité du pays».
S’agissant toujours de l’actualité nationale immédiate, le parti de Ali Benflis n’a pas manqué de dénoncer le dernier acte terroriste qui a lâchement ciblé un commissariat à Tiaret et a coûté la vie à deux agents des services de sécurité. «A l’ouverture des travaux, les membres du bureau politique se sont inclinés à la mémoire des membres des services de sécurité, martyrs du devoir, décédés héroïquement». A cette occasion, le parti de Benflis ajoutera que «suite à cette douloureuse tragédie, le bureau politique dénonce et condamne fermement ces lâches actes terroristes et salue les efforts de l’Armée nationale populaire ainsi que de l’ensemble des services de sécurité, dans leur lutte contre le terrorisme».
Ceci étant, et s’agissant de la situation politique générale du pays, le parti de Ali Benflis réitère ses positions traditionnelles et qui s’articulent toutes autour de la maladie de Bouteflika. On lit, ainsi, dans le même communiqué que «après examen de la situation politique, économique et sociale du pays, le bureau politique a conclu, à nouveau, que la grave crise politique résultant de l’impasse politique et du délitement et de l’immobilisme institutionnel, a conduit à l’influence croissante des forces extraconstitutionnelles sur la décision nationale et au déplacement de son centre».
Aussi, le parti rappelle-t-il le programme «de sortie de crise» présenté par Ali Benflis à l’occasion des présidentielles de 2014 et qu’il affirme être plus que jamais d’actualité. Talaie El Houriat qui avait boycotté les élections législatives du 4 mai dernier, avait décidé, il y a quelques jours, de prendre part aux prochaines élections locales du 23 novembre prochain. Un choix tranché par la dernière session du comité central du parti et qui, sans doute, est motivé par des considérations purement tactiques.
Pour preuve, le parti ne se fait la moindre illusion et notera même à travers son communiqué ce qui suit : «le bureau politique a également partagé l’analyse du président du parti sur les prochaines élections locales qui ne sauraient constituer une solution à la crise de régime, à l’impasse politique et institutionnelle et au marasme économique et social. Le prochain scrutin sera comme les précédents et portera les marques infamantes de la tricherie politique et de la fraude électorale. Il serait dupe de croire le contraire». Quoi qu’il en soit, la participation de Talaie El Houriat offrira à Ali Benflis l’énorme opportunité de mener campagne.
K. A.

Nombre de lectures : 690

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site