Mercredi 13 septembre 2017
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Sports
Femme magazine
Régions  
Contribution  
Monde  
Le Soir Auto  
Culture  
Tendances  
Digoutage  
Soit dit en passant
Pousse avec eux
Edition du jour
Nos archives en HTML


Chronique du jour : DIGOUTAGE
102 façons de lire...


Par Arris Touffan
Le mieux encore, c’est de parler de…. De quoi ? De politique, tiens, ça, c’est une bonne idée. Sauf que c’est la même bonne idée depuis plusieurs décennies. Et ça ronronnait déjà il y a belle lurette. Et ça ronronne encore. Remarque qu’à chaque étape, on apprend un truc nouveau. Cette fois, nous devrions savoir gré aux circonstances immanentes de nous avoir révélé que dans notre Constitution, dont nous adoptons par référendum aussi chaleureusement un amendement que son contraire, il existe un article anodin, voire superflu, que personne ne remarque : le 102. Et il dit quoi, cet article 102 dont l’équivalent tunisien a permis il y a fort longtemps à un certain Benali de déposer gentiment Bourguiba ? Eh bien, il dispose que «lorsque le président de la République, pour cause de maladie grave et durable, se trouve dans l'impossibilité totale d'exercer ses fonctions, le Conseil constitutionnel se réunit de plein droit, et après avoir vérifié la réalité de cet empêchement par tous moyens appropriés, propose, à l'unanimité, au Parlement de déclarer l'état d'empêchement».
Le problème est de prouver que le président de la République n’est pas en mesure d’exercer ses charges. Ould Abbès a dit quelque part quelque chose comme il n’est pas plus malade que ça, quoi ! Il est malade noormaal, pour le tourner à l’algérienne. Pas de quoi fouetter un fennec!
Conclusion ? Eh bien, je crains qu’il n’y en ait pas, de conclusion, vois-tu. Du moins pour le moment. Dès que le problème a été posé, les anti-article 102, donc les partisans du statu quo, ont poussé illico ces cris d’orfraie accusant le camp adverse des pires vilenies. Et voilà, mon vieux ! Ça nous fait, au fond, une belle jambe d’avoir appris qu’il existe un article 102 dans la Constitution. Je crains qu'il n'y ait au moins 102 façons de le lire. Mais, une chose est vérifiable sur la durée : il est aussi inapplicable que les autres !
A. T.
digoutagesoir@yahoo.fr

Nombre de lectures : 1984

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site