Rubrique
Actualités

Corruption 2 436 affaires traitées en 2017

Publié par Nawal Imès
le 12.12.2018 , 11h00
170 lectures

Les différentes juridictions ont traité en 2017 2 436 affaires de corruption. Le ministère de la Justice compte mettre en place un parquet financier qui ne se chargera que des affaires liées aux infractions financières à l’instar des fuites des capitaux ou du blanchiment d’argent.
Nawal Imès - Alger (Le Soir) - Le ministère de la Justice compte aller vers une plus grande spécialisation des magistrats. C’est dans cette optique qu’il est question de créer la juridiction qui ne traitera que des délits financiers.
C’est Abdelkrim Djadi, procureur général, représentant du ministère de la Justice qui l’annonçait hier sur les ondes de la Chaîne 3 de la Radio nationale.
Il affirme que 2 436 affaires liées à la corruption ont été traitées par les juridictions en 2017, ajoutant que l’ensemble des justiciables étaient égaux devant la loi sans distinction de fonction ou de statut social.
Il ajoute que même les magistrats faisaient l’objet d’inspections régulières et que si des cas avérés de corruption étaient révélés, des sanctions seraient automatiquement appliquées, insistant, cependant, sur la présomption d’innocence et ajoutant que la dénonciation anonyme était une arme à double tranchant. Interrogé au sujet des infractions à la loi les plus récurrentes, l’invité de la radio dira que la très grande criminalité était rare mais que les affaires qui revenaient le plus étaient liées à la petite criminalité à l’exemple des vols ou du trafic de stupéfiants.
Le recours à la détention provisoire se fait-il de manière abusive ? Non, répond le procureur général qui estime qu’il s’agit là d’appréciations faites par certaines parties. Il explique qu’actuellement, les magistrats avaient en leur possession plusieurs mécanismes leur permettant de ne pas recourir à la détention provisoire qui doit rester une exception dans des affaires complexes, impliquant des personnes n’offrant pas assez de garanties.
Les magistrats, dit-il, reçoivent régulièrement des formations pour éviter justement le recours abusif à la détention provisoire. Dans tous les cas, dit-il, le justiciable a la possibilité d’introduire des recours.
Les prérogatives du parquet, dit-il, évoluent avec l’évolution de la criminalité et le ministère de la Justice a, dit-il, mis en place une politique pénale qui permet de donner une réponse adéquate aussi bien au niveau local que national avant de répondre à ceux qui estiment que les affaires sont traitées avec lenteur en affirmant que le temps de la justice n’est pas celui de tout le monde et que les affaires pénales étaient traitées en fonction de leur complexité tandis que les affaires en civil dépendent souvent des deux parties en conflit.
N. I.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Périscoop 11:00 | 16-02-2019

Pas de campagne pour Belkhadem et Saâdani

Les deux anciens secrétaires généraux du FLN Ammar Saâdani et Abdelaziz Belkhadem ne sont pas concernés par la campagne électorale pour le compte

2

Actualités 11:00 | 16-02-2019

Lamamra nommé pour le 5e mandat
Un diplomate en campagne

La nomination de Ramtane Lamamra au poste de conseiller diplomatique du président de la République a soulevé de nombreuses interrogations et donné lieu à plusieurs lectures ayant cependant toutes, d'une manière ou d'une autre, un rapport avec le cinquième mandat. La rumeur a

3

Soit dit en passant 11:00 | 18-02-2019

Une école et des dérives à la chaîne !

4

Périscoop 11:00 | 16-02-2019

Les choix de Kara

5