Rubrique
Actualités

GÉNÉRALISATION DE L’ENSEIGNEMENT DE TAMAZIGHT Assad plaide pour l’amendement de la loi portant orientation scolaire

Publié par Mohamed Kebci
le 10.01.2019 , 11h00
1001 lectures
©F.G / PPAGENCY

Le secrétaire général du HCA (Haut Commissariat à l’amazighité) défend la composante de la nouvelle Académie algérienne de langue amazighe.
M. Kebci-Alger (Le Soir) - «Laissons-les travailler», soutenait, en effet, hier, Hachemi Assad au forum du quotidien El Moudjahid, allusion aux membres de la nouvelle Académie de la langue amazighe dont la création a été annoncée la veille. «Il y a des berbérisants parmi les membres de cette instance dont le choix a également obéi aux critères, entre autres, d’équilibre régional et de locuteurs des diverses variantes de tamazight», a-t-il encore affirmé. Et au premier responsable du HCA de s’appesantir quelque peu sur le président de cette académie. Un «ancien collaborateur et consultant du HCA qui a eu à faire son choix en étant le premier à préparer son magister en langue et culture amazighes», soutient Assad pour qui cette nouvelle instance avec laquelle le HCA sera en «interaction et en complémentarité» aura, de par son large «panel d’académiciens», à «parfaire le long processus de généralisation de la langue amazighe».
Et le secrétaire général du HCA aura, encore une fois, à aborder la question de la transcription de tamazight. «Comme je l’ai dit à maintes reprises, le choix des caractères latins a été fait bien avant la création du HCA», dit-il non sans plaider présentement pour la «polygraphie», invitant à plus de créations dans toutes les variantes de tamazight. Ceci non sans relever que jusqu’ici, il y a une prédominance du latin dans la production littéraire amazighe avec une relative émergence d’une production en caractères arabes et en tifinagh». Pour Assad, il ne faudra surtout pas se précipiter pour trancher la question des caractères à adopter, invitant à laisser cette mission «aux spécialistes et autres académiciens de trancher en leur conscience scientifique».
Concernant l’enseignement de la langue amazighe, le premier responsable du HCA, s’il exprime son satisfecit quant à son expansion significative depuis notamment 2014, plaide pour sa «consolidation» au niveau du palier primaire et sa généralisation à l’ensemble des établissements scolaires du pays.
Ce qui suppose la suppression du fameux verrou qui entrave justement cette généralisation progressive, à savoir le caractère facultatif de l’enseignement de tamazight. D’où le plaidoyer de Assad pour la revue de la loi portant orientation scolaire, notamment son article 34 qui assujettit l’ouverture de division pédagogique pour tamazight à la demande. «Qui fait cette demande ?», s’interroge faussement Assad, comme pour appuyer davantage la «mise en conformité» de cette loi de 2008 avec la lettre et l’esprit de la Constitution de février 2016 ayant consacré tamazight langue nationale et officielle.
M. K.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 13-06-2019

IL A BÉNÉFICIÉ DE 250 MILLIONS DE DOLLARS DE CRÉDIT DE LA PART D’UNE BANQUE PUBLIQUE
Enquête sur un projet des Kouninef à Jijel

La brigade de recherche de la Gendarmerie nationale de Bab J’did à Alger a convoqué ces derniers jours un cadre de la Direction

2

Actualités 11:00 | 15-06-2019

Haddad et Tahkout font tomber Sellal et Amara Benyounès

Les évènements se sont accélérés de manière incroyable depuis mercredi. Deux anciens chefs de gouvernement et un ancien ministre et chef de parti ont été placés en détention en l’espace de quarante-huit heures. D’autres affaires liées