Rubrique
Actualités

GOUVERNEMENT Bedoui s'appuie sur l'équipe d'Ouyahia

Publié par Abla Chérif
le 24.03.2019 , 11h00
3906 lectures
Photo : Samir Sid

La mise en place d'un gouvernement de compétences est-elle toujours d'actualité ? Depuis son annonce, de nombreux éléments se sont mis en place, indiquant que cette «solution» immédiate à la crise que traverse le pays est en fait des plus improbables.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - Une certitude, cependant, les étapes menant à la formation de ce nouvel exécutif ne se sont jamais déroulées dans autant de «transparence» puisque bon nombre de parties contactées pour y figurer ont préféré rendre public leur refus d'adhérer à la demande de Bedoui. Un certain nombre de syndicats et d'organisations (éducation, pharmaciens, Cnes...) ont rendu publiques des déclarations à travers lesquelles ils expliquent leur position, principalement attachée au soutien du mouvement citoyen en cours, aux revendications exprimées et donc inconciliables avec la démarche du pouvoir. Or, c'est en leur sein que se trouvent
regroupées bien des compétences aujourd'hui recherchées. Le contexte actuel a poussé les langues à se délier un peu partout, permettant d'avoir un plus large aperçu de la démarche entreprise par le Premier ministre pour tenter d'obtenir de nouveaux ministres. Selon nos informations, des membres de l'administration ont été chargés de prendre contact avec des professeurs d'université connus pour leur lien avec des partis de l'opposition, ou y figurant en tant que militants, afin de former la nouvelle équipe de Bedoui, mais ils se sont, là aussi, heurtés au refus de leurs interlocuteurs. Les dernières tentatives d'approche ont eu lieu au cours de la semaine dernière, nous dit-on.
Depuis le départ d'Ouyahia, et l'annonce de la formation d'un gouvernement par Ramtane Lamamra, les anciens ministères observent eux une longue attente dans une ambiance de démobilisation dont se sont rapidement rendu compte les cadres des institutions habitués à travailler dans d'autres atmosphères. Sans obligations particulières, et se sachant près de la porte de sortie, certains de ces ministres, qui géraient habituellement un temps précieux, ont à présent plus de temps à offrir à leur équipe et à ceux qui les sollicitent. Pourtant, et depuis ce week-end, la donne semble avoir changé.
Une information rendue publique par plusieurs médias et rapportant un «mini» Conseil des ministres tenu par Bedoui s'est confirmée (l'opacité n'étant plus ce qu'elle était en ces moments de contestation). Celui-ci a ainsi demandé aux membres de l'exécutif de se mobiliser pour faire face à la crise et de poursuivre leur travail de la manière la plus normale qui soit.
Après avoir insisté sur la nécessité de poursuivre la gestion des affaires courantes et la préparation de certaines échéances à venir (comme le Ramadhan, les examens de fin d'année), le Premier ministre a également demandé à son staff de consulter leurs cadres et de leur demander de formuler des suggestions pouvant aider à résoudre la crise en proposant «quelques projets pour répondre aux revendications du peuple». Aveu d'échec dans la formation de compétences à laquelle a appelé Abdelaziz Bouteflika ? Les consignes de Bedoui résonnent comme telles pour l'instant.
Les difficultés, voire l'impossibilité de mettre en place l'une des toutes premières étapes du plan de réformes présidentielles ont également contraint le pouvoir à confirmer le rôle de l'équipe de Bouteflika pour une période indéterminée.
A. C.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 13-07-2019

Selon les communiqués de la justice
Ouyahia recevait des pots-de-vin des hommes d’affaires

Apprenant la nouvelle de son incarcération, le 12 juin dernier, Ahmed Ouyahia ignorait, sans doute, que son entrée en prison ne

2

Actualités 11:00 | 14-07-2019

COMMENT OUYAHIA, SELLAL ET CONSORTS VIVENT LEUR DÉTENTION
Les mystères d’El-Harrach

Le séjour carcéral des anciens ministres et hauts responsables détenus à la prison d’El-Harrach est l’un de ces «mystères» que les Algériens tentent continuellement de percer depuis un moment. Aux interrogations qui reviennent de manière régulière sur les réseaux sociaux, s’ajoutent