Rubrique
Actualités

MSP Ce que cache l’initiative de Abderrazak Makri

Publié par Kamel Amarni
le 13.09.2018 , 11h00
1124 lectures

Le parti islamiste le MSP (Mouvement de la société pour la paix) tente de réinvestir la scène politico-médiatique à travers son «initiative pour un consensus national», lancée début de l’été dernier et dont il a rendu public le contenu, hier mercredi. Ce «projet» étalé sur douze pages se veut, d’abord, un tremplin pour projeter l’ex-Hamas aux premières loges qu’il avait, volontairement abandonnées en 2012, sur un fatal faux calcul politique !
Kamel Amarni - Alger (Le Soir) - Au pouvoir, ou plutôt dans le pouvoir de 1995 à 2012, le parti du défunt Mahfoud Nahnah faisait partie de la coalition gouvernementale sous Liamine Zeroual puis sous Abdelaziz Bouteflika que le parti s’empressait de soutenir immédiatement après l’invalidation de la candidature de Nahnah pour les élections présidentielles anticipées du 15 avril 1999.
Avec le FLN et le RND, ce parti avait donc toujours servi de base sociale au pouvoir en contrepartie de quotas dans les différentes institutions, notamment dans le gouvernement, le Parlement et dans la haute administration comme le corps des walis , des chefs de daïra etc.
Les islamistes du MSP régnaient même sur certains secteurs pendant des années, comme le tourisme, le commerce, le transport avec les résultats et les dégâts que l’on connaît. La politique de «l’entrisme», hissée au rang de doctrine cardinale sous Nahnah permettait au parti islamiste une confortable position dans les arcanes du pouvoir. Le MSP était arrivé jusqu’à détenir pas moins de sept portefeuilles ministériels ce qui, au plan interne, se traduisait par le «placement» de milliers de ses cadres et militants. Difficile, dès lors, de se retrouver, dix-sept ans plus tard, du jour au lendemain, dans l’opposition. D’autant plus difficile que la direction du parti avait, naïvement, misé sur un bref séjour dans le camp des «opposants». En fait, le Hamas Algérie misait sur une chute rapide et inéluctable du régime en Algérie, dans le sillage du déluge qui s’abattait, dès janvier 2011, sur les pays arabes, emportant, avec une facilité déconcertante, les régimes pourtant hermétiques et ultra-policiers de Tunisie, d’Égypte et de Libye.
En Tunisie et en Égypte, ce seront les islamistes qui accéderont au pouvoir. Ce qui a donné des «idées» aux
nôtres : pour s’y préparer et se donner une nouvelle virginité, le MSP quitte alors l’alliance présidentielle et le gouvernement et se mettra dans une position d’opposant frontal au pouvoir ! Cruelle bourde tactique pour les islamistes algériens car, non seulement le «Printemps arabe» n’est jamais arrivé en Algérie, mais, pis encore, les soutiens escomptés de la part des «frères» tunisiens et égyptiens vireront au cauchemar : Ennahda et «les Frères» seront vite éjectés du pouvoir. Ce qui se traduira, pour le MSP, par une longue traversée du désert, avec, comme conséquence immédiate, une véritable saignée de cadres et de militants. Comprenant bien sa douleur, l’actuelle direction du MSP avait d’ailleurs commencé à rectifier le tir depuis plus de deux ans.
Prenant ses distances avec le groupe de l’opposition radicale à Bouteflika, dit le groupe de Zeralda, le parti de Abderrazak Makri adoucit de manière significative son discours vis-à-vis du pouvoir. Des négociations avaient même été entamées à l’occasion des législatives de mai 2017 en vue d’un retour au sein de la majorité présidentielle. Partie remise ? Ce n’est pas à écarter. C’est en tout cas ce que peut cacher, comme objectif, «l’initiative» en cours. En gros, l’initiative propose «un consensus» autour d’un candidat aux présidentielles de 2019. Ce que, d’emblée, en fait, au plan politique, un projet mort-né , les partis du pouvoir ayant déjà tranché la question.
Le FLN, le RND, le TAJ pour ne citer que ceux-là se sont en effet prononcés pour un cinquième mandat pour Bouteflika. L’on voit mal, par ailleurs, les autres partis d’opposition soutenir un «candidat consensuel» proposé par le MSP. Du moins, les plus importants d’entre eux.
Le MSP, qui a consacré tout l’été pour rencontrer tous ces partis autour de «son» initiative, sait, en réalité à quoi s’en tenir. En proposant «une candidature consensuelle» pour la présidentielle, il est clair qu’il ne sera que le candidat du parti. Makri , bien évidemment.
Quant à «l’initiative», elle est, d’abord destinée à garantir une présence politique et médiatique au parti, quitte, d’ailleurs, par exemple, à en revoir le contenu de manière substantielle.
Le document du MSP, revu et corrigé, reprend, intégralement, la mise en garde que lui avait lancé Gaïd Salah concernant le rôle de l’armée…
K. A.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 15-09-2018

Exportation de gaz
Vers la fermeture du gazoduc traversant le Maroc

Un «48 pouces» reliera El Aricha à Béni Saf, soit du point de jonction de la partie algérienne du gazoduc Maghreb-Europe à celle marocaine, à l’autre gazoduc transportant le gaz algérien vers l’Espagne à savoir le Medgaz. Ce qui laisse supposer la fermeture de ce gazoduc traversant le Royaume chérifien.

2

Périscoop 11:00 | 15-09-2018

Un recrutement surprise chez Bouhadja !

Le président de l’APN, Saïd Bouhadja, en a surpris plus d’un en recrutant, dans son cabinet, le fils d’un ancien chef du gouvernement. Un recrutement pas du tout «apprécié» par l’entourage de Bouteflika qui se méfiait