Rubrique
Actualités

Ahmed Gaïd Salah à Oran : «C’est au Président élu de prendre en charge le reste des revendications»

Publié par Kamel Amarni
le 04.12.2019 , 11h00
9238 lectures

A pratiquement une semaine de la présidentielle, l’armée affirme, par la voix de son premier responsable, le général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah, que le pays «s’est amarré à bon port » , affirmant sa conviction que «le rendez-vous du 12 décembre sera certainement une véritable fête pour l’Algérie et son peuple».
Kamel Amarni - Alger (Le Soir) - D’Oran, en 2 ème Région militaire où il se trouve depuis hier mardi pour une nouvelle visite de travail, le chef d’état-major de l’ANP s’est, en effet, longuement exprimé sur ce rendez-vous en particulier, et sur l’actualité nationale en général. « J’ai eu à le dire devant les cadres et les personnels du Commandement des Forces aériennes le mercredi 27 novembre passé, voire dans des occasions précédentes, que ce peuple authentique, qui est parfaitement conscient de la gravité des machinations qui se trament dans les laboratoires de la conspiration à l’étranger et des modes de trahison et de félonie à l’intérieur, lorsque la bande a fait appel à des parties extérieures, j’ai dit que ce peuple saura répondre en temps opportun à toutes les tentatives d’ingérence dans ses affaires internes. Le voilà aujourd’hui qu’il répond à ces tentatives désespérées à travers ses marches massives, dans tout le pays ( …) Il a donné ainsi les plus merveilleuses images de solidarité, de soutien et de cohésion, rejetant catégoriquement la tentative du Parlement européen de s’ingérer dans les affaires internes de son pays (…) ».
Ce rejet unanime de toute tentative d’ingérence, à plus forte raison en cette phase si sensible, Gaïd Salah a tenu à s’y attarder. Il se dira convaincu aussi que « le peuple algérien saura également comment répondre à tous ses détracteurs qui complotent contre sa patrie , en se dirigeant massivement le 12 décembre prochain aux urnes, afin d’élire un président de la République en toute intégrité, liberté et démocratie, pour que ce soit là une réponse vigoureuse et civilisée et telle une gifle cinglante à tous ceux qui s’attaquent à l’Algérie, dont la force est égale à celle que nos vaillants ancêtres leur ont infligée depuis le début du colonialisme français en Algérie en 1830 (…) Ils ont prouvé aux traîtres et inféodés que leur destin n’est que honte et opprobre».
Le vice-ministre de la Défense n’y va pas par trente-six chemins. Pour lui, et pour l’armée donc, la présidentielle de la semaine prochaine n’est rien moins que le parachèvement du 1er Novembre 1954. « Elle (l’élection présidentielle, Ndlr ) représente en réalité un parachèvement irrévocable du 1er Novembre 1954. En effet, expliquera Gaïd Salah, si Novembre avait auguré de la libération du pays du colonialisme français abject, décembre aura l’honneur de parachever la construction de l’Etat de droit, conformément aux principes de la Déclaration du 1er Novembre.»
Le chef d’état-major tenait, à ce propos, à rendre un vibrant hommage à l’ensemble des éléments de l’ANP et à tous les autres services de sécurité, sur la brèche depuis le début de la crise, pour garantir la sécurité des personnes, des biens et des institutions de l’Etat. « Je vous exhorte de continuer sur cette voie. Poursuivez votre chemin, avec des pas constants et résolus, car la sécurité de l’Algérie est entre vos mains. En effet, tel que vous êtes appelés à vous acquitter de votre devoir d’assurer la sécurité, dans tous les sens du terme, notamment en ce qui concerne la réunion des conditions idoines afin de permettre à vos concitoyens à travers tout le pays de s’acquitter de leur devoir électoral dans un climat de quiétude, de sérénité et de calme, vous avez des droits constitutionnels, dont le droit de voter que vous exercerez , comme vous le savez tous, à l’instar de vos concitoyens , à savoir vous diriger vers les urnes pour voter et participer à ces élections en dehors des casernes (…) ».
Le vice-ministre de la Défense estimera que l’institution a largement assumé ses responsabilités en permettant d’aboutir au rendez-vous de la présidentielle de la semaine prochaine. « L’objectif noble et majeur de l’accompagnement par l’ANP de son peuple tout au long de la période précédente est de permettre au peuple algérien d’exercer ses droits constitutionnels et légitimes qu’il a revendiqués depuis le début des marches populaires et que le Haut Commandement de l’ANP a veillé à satisfaire la majorité de ces revendications, en attendant que le Président élu prenne en charge la réalisation du reste des revendications .»
Pour Gaïd Salah, c’en est là le plus important. « En dépit de tout cela, certains analystes, se désole-t-il, ont dévié de la logique de l’analyse judicieuse et objective, notamment en ce qui concerne les efforts laborieux dévoués et productifs que ne cesse de consentir l’ANP, ou par rapport aux résultats remarquables réalisés par la justice, à la lumière de l’accompagnement continue de l’ANP .» N’empêche, poursuivra-t-il, « nous pouvons dire que le navire Algérie s’est amarré à bon port en toute sécurité, grâce à Allah, puis grâce à ses enfants dévoués.
Aussi, celui qui veut traverser avec elle, il n’a qu’à rejoindre ses concitoyens et ne pas manquer l’appel de la patrie, pour partager avec sa patrie ses joies, car le rendez-vous du 12 décembre sera certainement une véritable fête pour l’Algérie et son peuple », conclura-t-il sur une note d’optimisme.
K. A.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 18-01-2020

Communication et rapports avec la presse
Tebboune instaure de nouvelles traditions

Abdelmadjid Tebboune ambitionne de laisser son empreinte dans un domaine où ses prédécesseurs ont peu brillé : celui de la communication. Il rencontrera ce mardi 21 janvier une délégation de responsables de médias privés et publics, prélude

2

Périscoop 11:00 | 19-01-2020

Tebboune revoit le protocole officiel

Le Président Abdelmadjid Tebboune revoit le protocole en termes d’accueil des invités étrangers. C’est, en effet, au niveau du Palais d’El-Mouradia, siège de la présidence de la République, que Tebboune accueille de manière