Rubrique
Actualités

Djamel Ould-Abbès à Ifri Ouzellaguène à l’occasion de la célébration du 62e anniversaire du congrès de la Soummam : «C’est grâce à Bouteflika que des responsables de la Révolution ont été réhabilités»

Publié par A. Kersani
le 20.08.2018 , 11h00
2338 lectures
©Abdenour / PPAgency

«C'est grâce à Bouteflika que des martyrs et nombre de dirigeants de la Révolution à l’image de Abane, Ben Bella, Messali Hadj, le colonel Chaâbani et beaucoup d'autres ont été réhabilités», a soutenu, en substance, hier, à Ifri Ouzellaguène, Djamel Ould-Abbès, le secrétaire général du FLN dans son discours tenu à l'occasion de la célébration du 62e anniversaire du Congrès de la Soummam.
S'exprimant devant quelques dizaines de sympathisants et militants, Djamel Ould-Abbès, accompagné de certains responsables nationaux, des députés et élus locaux de Béjaïa, a évité de parler du 5e mandat de Bouteflika même si l’air de campagne avant l’heure pour un autre mandat de l’actuel chef d'Etat, élu depuis 1999, apparaissait nettement dans toute l’allocution prononcée louant les «réalisations» de Bouteflika pour le pays et notamment pour la circonstance en faveur des martyrs et responsables de la Révolution depuis son arrivée au pouvoir.
Il faut signaler que c’est la première visite officielle depuis 1984 à Ifri Ouzellaguène, haut lieu historique de la Révolution ayant marqué la naissance de l'Etat algérien démocratique et social d’un responsable de ce rang de l’ex-parti unique.
Le secrétaire général du FLN a promis pour la circonstance de rattacher officiellement le musée d’Ifri, jusqu'à cette date rattaché à la wilaya de Tizi-Ouzou, à la wilaya de Béjaïa. «Ce lieu sera promu désormais en sanctuaire de la Révolution», s’est engagé Djamel Ould-Abbès lors de cette visite à IFri.
Le même responsable a tenu à honorer la famille de Abane Ramdane, principal artisan du Congrès de la Soummam, dont un neveu s’est vu offrir une médaille au nom de toute la famille de Abane Ramdane.
Il convient de signaler que la visite de Djamel Ould-Abbès a connu quelques perturbations lorsque l'ancien sénateur du FLN Derradji s'est vu refuser la parole à Ifri par les responsables locaux du parti devant le silence selon lui «complice» du secrétaire général estimant que «le protocole doit être respecté».
«Le FLN n’aime pas les compétences et l'élite est marginalisée», a fulminé l'ancien sénateur de Béjaïa devant la presse locale.
A. Kersani

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Périscoop 11:00 | 19-11-2018

Nouveau mandat de dépôt dans l’affaire «El Bouchi»

Le Such (subdivisionnaire de l’urbanisme, de la construction et de l’habitat) de Bir-Mourad-Raïs fait l’objet d’un mandat de dépôt depuis jeudi dernier, rapportent des sources informées.

2

Périscoop 11:00 | 18-11-2018

Arrestation d’un ex-maire et député

L’ancien maire de Chelghoum-Laïd, qui a fait un seul mandat avant de passer comme député au nom d’un parti islamiste, a acheté, il y a quelque temps, une bâtisse (ancienne école privée) mais dont les actes