Voir Tous
Rubrique
Actualités

Gestion des œuvres universitaires Des défaillances et des sanctions

Publié par Nawal Imès
le 14.10.2021 , 11h00
1803 lectures

À peine la rentrée universitaire entamée que des changements sont opérés au niveau des Directions des œuvres universitaires et des cités universitaires. Des décisions justifiées par un manquement lors des préparatifs de la rentrée universitaire qui n’ont pas été sans conséquences sur les conditions d’accueil des étudiants. L’Organisation algérienne des étudiants libres (Oael) applaudit et dit espérer que « cette vague de changements » pourra se poursuivre.
Nawal Imès - Alger (Le Soir) - Du changement dans certaines directions des œuvres et cités universitaires. C’est le cas dans de nombreuses wilayas à l’instar de celles de Médéa, Mostaganem et Biskra.
Des décisions qui interviennent à l’entame de la rentrée universitaire et qui ont été prises suite à un constat établi par la Direction des œuvres universitaires qui a pu vérifier que toutes les conditions n’avaient pas été réunies pour assurer un bon démarrage de l’année. Il est reproché aux responsables démis de leurs fonctions de n’avoir pas pris toutes les dispositions voulues notamment dans les cités déjà diagnostiquées comme étant éligibles à une fermeture en raison des mauvaises conditions d’accueil constatées.
Les gestionnaires qui ne s’inscrivent pas dans une dynamique de changement ne sont pas à l’abri de mesures similaires puisque l’Office national des œuvres universitaires n’exclut pas des mesures similaires à l’encontre de tout gestionnaire qui ne s’investit pas pour améliorer les conditions d’hébergement, de restauration ou de transport des étudiants.
L’Organisation algérienne des étudiants libres (Oael), par la voix de son président, applaudit ces décisions. Fateh Seribli assure que son organisation ne peut « qu’applaudir ces changements lorsqu’ils sont justifiés, ils sont la preuve de l’intérêt de la tutelle et des efforts faits pour l’amélioration des conditions d’accueil des étudiants », ajoutant qu’« on se demande pourquoi il y a des services de très bonne qualité dans certaines cités universitaires et d’autres très médiocres, ce qui nous pousse à nous interroger comment on peut avoir autant d’écarts avec un même budget, ce qui confirme, une fois de plus, que le problème se pose au niveau de la gestion ». C’est pour cette raison que Fateh Seribli affirme être en faveur de « vague de changements qui fait partie des réformes promises ».
Évaluant les conditions dans lesquelles s’est faite la rentrée universitaire, il dira que cette dernière est intervenue dans « les mêmes conditions exceptionnelles de l’année dernière avec le même protocole sanitaire mais avec une amélioration, certainement due à l’amélioration de la situation sanitaire en général, ce qui présage une reprise dans des conditions plutôt bonnes. Il y a des cités universitaires qui ont pu ouvrir, alors que d’autres ont été livrées et toujours pas ouvertes et d’autres étaient programmées pour être fermées et ne le sont toujours pas, cela ne peut qu’influer négativement sur le quotidien de l’étudiant ».
La réforme des œuvres universitaires fait partie du programme du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Un groupe de travail a été installé. Il a été chargé d’engager, selon le premier responsable du secteur, de réfléchir « sur une profonde réforme des œuvres universitaires à travers ses quatre aspects, à savoir les bourses, l’hébergement, la restauration et le transport ». Ce dernier n’a toujours pas livré le fruit de sa réflexion…
N. I.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 19-10-2021

UN NOUVEAU DÉCRET POUR TRAQUER LES ORGANISATIONS TERRORISTES
L’étau se resserre autour du MAK et Rachad

Ayant déjà classé le MAK et Rachad comme organisations terroristes, l’Algérie fixe par décret les modalités d’inscription et de radiation de la liste nationale des personnes

2

BILLET (PAS) DOUX 11:00 | 18-10-2021

Le retour du harrag

Jamais, au grand jamais, il n'y a eu autant de départs de harragas ! La question intrigue...