Rubrique
Actualités

AFIN DE COMBATTRE L’IDÉOLOGIE INTÉGRISTE Des imams à la rencontre des terroristes emprisonnés

Publié par Rym Nasri
le 11.02.2019 , 11h00
467 lectures

Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs œuvre pour le lancement de rencontres entre imams et terroristes détenus dans les établissements pénitentiaires algériens. Objectif : démontrer que la référence que ces jeunes ont adoptée pour prendre les armes est fausse et qu’elle a été extirpée de son contexte.
Rym Nasri - Alger (Le Soir) - Mohamed Aïssa a démenti toute rencontre ou contact avec des prisonniers terroristes membres de Daesh. D’ailleurs, il affirme ignorer leur éventuelle présence dans les prisons algériennes.
Intervenant, hier, au forum du quotidien El Moudjahid à Alger il a confirmé par contre que des imams algériens ont rencontré des membres des groupes terroristes dans les prisons avec lesquels il y a eu des «révisions» dans le but de déterminer la référence religieuse et idéologique sur laquelle ils se sont basés pour prendre les armes. «Ces rencontres ont abouti à l’élaboration d’un programme qui a été proposé au ministère de la Justice qu’il a adopté», précise-t-il.
Sur la lancée, le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs ajoute que son département est justement en phase de lancer une opération nationale de rencontres avec les victimes de cette idéologie, détenues dans nos établissements pénitentiaires.
Selon lui, il s’agit de leur «démontrer par l’argument que la référence qu’ils ont adoptée est fausse car elle a été sortie de son contexte et que l’argument utilisé pour le recrutement de ces jeunes a instrumentalisé le concept religieux en dehors de son contenu».
Il cite l’exemple du djihad sorti carrément de son contexte qui signifie à la base la défense de la patrie par une institution déjà mise en place.
Evoquant l’observatoire pour la lutte contre l’extrémisme, il déplore que le projet soit toujours à l’état embryonnaire en raison des «réticences» de certains départements ministériels.
Mohamed Aïssa rassure, par ailleurs, que le coût du hadj ne va pas atteindre 900 000 dinars par personne. Il souligne que le coût de l’hébergement et celui de la restauration aux Lieux Saints de l’Islam n’ont pas changé. «Selon les autorités saoudiennes, seul le coût du transport a augmenté et donc le coût du hadj connaîtra une petite augmentation qui est bien loin des 900 000 dinars annoncés par certains médias», dit-il.
Il précise qu’un conseil ministériel commun se tiendra incessamment pour trancher sur le coût du hadj de cette année. «D’après nos estimations, cette somme se rapprochera vraiment du nissab de la zakat (somme minimale au-delà de laquelle la zakat sera obligatoire)», ajoute-t-il. Quant au retrait des caisses de zakat des mosquées, le ministre affirme qu’il n’est pas personnellement à l’origine de la démarche. «Je n’ai pas décidé du retrait de ces caisses des mosquées. Cette démarche a été jugée nécessaire après plusieurs agressions qui ont ciblé des imams au sein des mosquées pour leur soustraire le contenu de ces caisses», explique-t-il.
Selon lui, la décision finale sera prise après l’accord des différentes commissions de wilaya.
Ry. N.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Périscoop 11:00 | 16-07-2019

Des gendarmes chez Houda Feraoun

Dans les couloirs du ministère de la Poste et des Télécommunications, on ne parle plus que de la récente visite de gendarmes au siège du département de Houda Feraoun. Les gendarmes auraient remis aux services du

2

Actualités 11:00 | 16-07-2019

MARCHÉ PARALLÈLE DE LA DEVISE
L’euro repart à la hausse

Le taux de change de l’euro au marché noir connaît des perturbations ces derniers jours. Après une inattendue et importante baisse enregistrée il y a deux semaines, ce taux a repris une tendance vers la hausse au square Port-Saïd à Alger, «bourse» informelle