Rubrique
Actualités

FLN Djemaï tire à boulets rouges sur ses détracteurs

Publié par Abdelhalim Benyellès
le 18.08.2019 , 11h00
1698 lectures
Le SG du FLN, Mohamed Djemaï, a présidé, hier samedi, au siège du parti, une réunion qui a regroupé les membres du bureau politique. Il a été question de soutenir toute initiative de sortie de crise, de réitérer la position de l’ex-parti unique pour sa contribution positive à toutes les solutions dans le cadre de la Constitution et d’adresser des attaques placées en direction de tous ceux qui veulent ternir l’image du FLN. Par l’occasion, une place privilégiée a été réservée au rôle de l’institution militaire dans la gestion de la crise.
Abdelhalim Benyellès - Alger (Le Soir) - En effet, le premier responsable du FLN a rappelé, par l’occasion, le succès de la conférence de son parti qui a regroupé plus de 1 400 cadres ainsi que les membres du comité central et a traité des questions politiques, économiques ainsi que de la question de l’heure que vit le pays, promettant l’organisation, au mois de septembre, d’une conférence nationale consacrée aux jeunes et dont le bureau politique sera chargé des préparatifs par la tenue de 4 conférences régionales consacrées à l’écoute des préoccupations des citoyens.
Un programme qu’il considère, de prime abord, comme une action de soutien à l’Etat. « Nous agissons sur le terrain quelles que soient les déclarations des ennemis du FLN », a déclaré Mohamed Djemaï, des personnes qu’il considère comme « connues » et dont quelques-unes ont déjà figuré sur les listes électorales du FLN. «
Ce sont des parties qui agissent pour le prolongement de la crise », a-t-il explicité, ajoutant que ceux-ci « n’ont aucun ancrage populaire », et, de ce fait, ils « représentent un danger pour l’Etat ».
S’agissant du panel de dialogue national, dirigé par le coordinateur Karim Younès, le secrétaire général du FLN dira que « nous sommes prêts à aider son initiative », et quelles que soient les déclarations malveillantes adressées au FLN, qu’il considère comme des effets publicitaires de certaines parties qui « veulent grandir sur le dos du FLN », s’adressant toujours à ces personnes « connues ».
Et comme pour réagir à l’ex-allégeance de son parti qui a eu à accompagner le Président déchu 20 années durant, le SG du FLN dira que son parti « soutient l’Etat et non les personnes».
A cet effet, il appelle tous les courants politiques, la société civile ainsi qu’au peuple algérien à aller, au plus vite, vers une élection présidentielle afin d’éviter tous les dangers qui guettent l’Algérie. Ce sont des dangers qui s’apparentent à ceux de la décennie noire qu’a vécue l’Algérie, a-t-il fait savoir. Mohamed Djamaï met en garde aussi contre une situation économique désastreuse, qui engendre maux sociaux et chômage, car les « indicateurs sont là », prévient-il. Cependant, il insiste sur la conviction du FLN à œuvrer dans le sens de redresser la situation par l’accompagnement de l’Etat et du gouvernement dans leur démarche dans le cadre de la loi et de la Constitution. « Aucune partie ne peut exclure le FLN de l’échiquier politique national, tant qu’il constitue la majorité écrasante au sein des assemblées élues nationales et locales », soutient son SG, qui promet de soumettre des revendications sociales au gouvernement dans le domaine de la révision des salaires à la veille de la rentrée sociale. « Nous connaissons toutes les difficultés des Algériens, et le FLN a toujours été à l’écoute du peuple», a-t-il précisé.
Enfin, le premier dirigeant du FLN a tenu à saluer la position de l’institution militaire dans le traitement de la crise que vit l’Algérie depuis 6 mois, et où, à l’occasion, il réitère la solidarité du FLN avec cette institution qui soutient la revendication populaire.
A. B.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 16-11-2019

Comité de campagne d’Abdelmadjid Tebboune
Abdallah Baali démissionnaire ?

L’information s’est répandue telle une traînée de poudre dès jeudi : Abdallah Baali, le directeur de campagne d’Abdelmadjid Tebboune, aurait décidé de claquer la porte suite à des divergences avec le

2

Constances 11:00 | 13-11-2019

D’où viennent les devises ? Du Square, pardi !

La Banque d’Algérie et le ministère des Finances devraient d’abord régler leurs violons. Ce n’est pas