Rubrique
Actualités

39e vendredi de mobilisation Hirak sous la pluie

Publié par Karim Aimeur
le 16.11.2019 , 11h00
1018 lectures

A la veille de l’entame d’une campagne électorale qui s’annonce ardue pour les cinq candidats à l’élection présidentielle du 12 décembre, les Algériens sont sortis à nouveau pour exprimer leur rejet de ce scrutin et exiger le départ de toutes les figures du système politique. Sous une pluie battante, les manifestants ont prouvé leur détermination de tourner la page du passé pour en ouvrir une autre sur l’avenir.
Karim Aimeur - Alger (Le Soir) - Hier, au 39e vendredi de contestation, la mobilisation était très forte, marquant la volonté et la détermination populaire de tourner la page d’une époque et d’en ouvrir une autre, celle d’une nouvelle Algérie libre et démocratique.
Dans la capitale, les manifestants ont convergé vers le centre-ville sous une pluie battante pour rappeler leur opposition à l’organisation des élections avant le départ des figures du régime bouteflikien.  
Bravant les mauvaises conditions météorologiques, les manifestants ont empli toutes les grandes places devenues emblématiques de la contestation contre le pouvoir. 
La rue Hassiba-Ben-Bouali, la rue Didouche-Mourad, la place Audin, la Grande-Poste : toutes ces places ont été envahies par une marée de manifestants venus pour dire non à l’élection présidentielle du 12 décembre prochain.
Les grands boulevards, sous ces pluies, surtout Didouche-Mourad jusqu’à la Grande-Poste, ont donné l’image de fleuves humains en crue, dont les affluents proviennent du fin fond des quartiers populaires. 
En colère mais pacifiques, les manifestants s’en sont pris aux cinq candidats à l’élection et aux tenants du pouvoir. Abdelmadjid Tebboune, l’ancien Premier ministre, a été le candidat le plus ciblé par les manifestants qui veulent peser de tout leurs poids pour faire partir les figures du système qui ont résisté à neuf mois de mobilisation populaire de grande envergure.La deuxième cible des manifestants sont les juges du tribunal de Sidi-M’hamed sévèrement dénoncé après avoir condamné des détenus du mouvement citoyen à la prison ferme. 
En effet, 28 manifestants ont été condamnés la semaine passée par ce tribunal d’exception à 12 mois de prison dont six fermes, alors que le tribunal de Bab-el-Oued a relaxé cinq détenus poursuivis pour la même raison : port du drapeau amazigh.
Réclamant l’édification d’un Etat civil, les manifestants ont appelé à la libération de tous les détenus dont les portraits ont été brandis par les citoyens toujours mobilisés et engagés pour le changement radical du système.
K. A.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 12-12-2019

Après leur condamnation par la justice
Ces biens qui doivent être confisqués à Sellal et Ouyahia

Le procès consacré à l’automobile a permis de lever le voile sur un aspect qui a longtemps alimenté fantasmes et rumeurs populaires : les biens personnels de certains ministres qui ont gouverné des années durant. Au cours

2

Corruption 11:00 | 09-12-2019

DES MOTS POUR LE DIRE
Ouyahia, en 2007, au sujet de la corruption et de la mauvaise gestion

«J’ai un ami, qui est toujours ministre et en poste très important au gouvernement ; lorsque nous parlions de la corruption qui existe au plus haut niveau de l’Etat, il me disait qu’il ne faudrait pas non plus oublier de parler et