Rubrique
Actualités

LANCEMENT DE LA CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE La capitale loin de l’ambiance électorale

Publié par Rym Nasri
le 18.11.2019 , 11h00
577 lectures

Le coup d’envoi de la campagne électorale présidentielle a été donné hier. Une campagne qui passe plutôt inaperçue par les Algérois qui, deux jours avant, lors de la marche de vendredi, ont crié leur détermination de rejeter le vote.
Rym Nasri - Alger (Le Soir) - Au premier jour de la campagne électorale présidentielle du 12 décembre prochain, point d’enthousiasme à Alger. Dans les rues de la capitale, l’indifférence des citoyens saute aux yeux. Les gens vaquent à leurs occupations quotidiennes dans le désintéressement total. L’activité commerciale poursuit son petit bonhomme de chemin. Dans les magasins, les discussions se résument aux transactions de vente. Pourtant, une tournée de l’un des cinq candidats de la course au Palais d’El Mouradia était prévue a Alger-Centre notamment à la Grande-Poste en plein cœur de la capitale.
En cette journée automnale ensoleillée du dimanche 17 novembre, les habitués des cafés et salons de thé ont pris d’assaut les terrasses. Réunis autour d’une boisson chaude, ces jeunes et moins jeunes parlent de tout et de rien. Au moindre sujet évoquant l’élection présidentielle, la réponse du rejet de vote fuse très vite. «Makanche el vote (il n’y aura pas de vote) », rétorque un jeune à son voisin de table qui lisait le journal et se rappelle que la campagne électorale a démarré ce dimanche.    
Côté affichage, les panneaux installés récemment sont encore vierges. Aucun portrait des cinq candidats en lice et aucune affiche n’y sont collés. Et dire qu’aux précédents rendez-vous électoraux, l’affichage anarchique était légion. On placardait sur les murs, les poteaux, les portes des immeubles, les portails des écoles et toutes les surfaces libres. Même les panneaux de signalisation n’y échappaient pas.   
Seul l’imposant dispositif sécuritaire déployé à Alger rappelle le lancement de la campagne électorale. Les nombreux fourgons de police assiégeant l’édifice de la Grande-Poste depuis le mois de mai dernier sont maintenus sur place. D’autres véhicules ainsi que des dizaines de policiers ont investi hier, la rue Zighout-Youcef à proximité de l’Assemblée populaire nationale (APN).
Plus loin, à Sidi M’hamed, les automobilistes ont été bloqués sur les routes plusieurs heures. Rétrécis, les habituels barrages de police ont provoqué ainsi d’énormes embouteillages.  
Ry. N.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 05-12-2019

Sellal au juge :
«J’ai signé sans savoir ce que je signais»

Second arrivé à la barre, Abdelmalek Sellal a répondu à toutes les questions qui lui étaient posées d’une voix inaudible. Contrairement à Ouyahia, son audition a duré moins de temps. Elle a porté sur les avantages accordés aux hommes d’affaires dans l’automobile mais également le financement occulte de la campagne électorale de Abdelaziz Bouteflika.

2

Périscoop 11:00 | 03-12-2019

Débarquement diplomatique chez Mihoubi

Le candidat du RND à la présidentielle du 12 décembre prochain Azzedine Mihoubi consacrera la journée d’aujourd’hui, mardi, à une série d’audiences qu’il prévoit avec de nombreux ambassadeurs. Entre autres, les ambassadeurs