Rubrique
Actualités

Algérie-France La coopération pour faire face aux menaces sécuritaires

Publié par Nawal Imès
le 17.03.2018 , 11h00
500 lectures

Les ministres de l’Intérieur algérien et français affichent la même volonté : faire du Bassin méditerranéen une zone plus stable. Bédoui et Collomb estiment que l’immigration clandestine, les réseaux de contrebande, le trafic de drogue, le terrorisme et la criminalité transnationale constituent des défis auxquels les deux pays doivent faire face en renforçant leur coopération.
Nawal Imès - Alger (Le Soir) - En matière de sécurité, Alger et Paris parlent le même langage par la voix des ministres de l’Intérieur.
Noureddine Bédoui et Gérard Collomb ont affiché à Alger leur détermination à faire face aux nombreuses menaces qui pèsent sur les pays des deux rives de la Méditerranée. Noureddine Bédoui, prenant la parole jeudi à l’ouverture de la rencontre walis-préfets, a estimé que le Bassin méditerranéen était un espace caractérisé par de nombreux défis sécuritaires allant de l’immigration clandestine aux réseaux de contrebande et de trafic de drogue au terrorisme et à la criminalité transnationale. Gérard Collomb, abondant dans le même sens, dira, pour sa part, que l’Algérie et la France «pouvaient devenir des acteurs qui aideront à recréer une zone de paix, de prospérité et de développement autour du Bassin méditerranéen». Les deux pays, estime le ministre français, doivent «continuer ensemble à écrire les nouvelles pages d’un livre, lequel permettrait aux deux pays de continuer à aller de l’avant, de porter un message de paix, de fraternité, de solidarité et de développement à l’ensemble des pays des deux côtés de la Méditerranée».
Saluant les efforts de l’Algérie en matière de lutte antiterroriste, il dira que ces derniers sont «essentiels pour empêcher que des zones de non-droit s’établissent dans la région au détriment des Etats, des populations et de la paix».
L’Algérie et la France, dit-il, doivent renforcer leur coopération afin de «mettre en échec les réseaux de passeurs qui prospèrent sur la misère humaine». il n’a pas été question uniquement de sécurité lors de la rencontre walis-préfets mais de coopération au sens le plus large. Noureddine Bédoui a dit compter sur la rencontre de jeudi pour insuffler une nouvelle dynamique à la coopération bilatérale au regard de la dimension humaine qui caractérise les relations algéro-françaises en raison, notamment, d’une forte présence de la communauté algérienne en France mais également d’entreprises françaises implantées en Algérie. Son homologue français a dit espérer «voir la coopération entre les administrations des deux pays s’inscrire au quotidien et être plus efficace» en dépit d’une différence de contexte. Pour faire profiter la partie algérienne de l’expérience française en matière de gestion des territoires, trois panels ont été installés, traitant du management des situations de crise et des risques majeurs, de la gestion des grands centres urbains et de l’attractivité économique du territoire.

Assassinat d’Algériens en France
Collomb veille à ce que «les enquêtes aboutissent»

Le ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur français dit suivre de près le dossier lié aux assassinats d’Algériens en France. Gérard Collomb, interpellé à ce sujet en marge de la rencontre walis-préfets, a précisé que «ces enquêtes prendront du temps, mais aboutiront», ajoutant veiller «personnellement à ce qu’elles aboutissent» car, dit-il, il voudrait que «rien ne ternisse les relations entre les deux pays et j’y veillerai personnellement». Depuis le mois de décembre, une dizaine d’Algériens ont été assassinés.

Bédoui appelle les collectivités locales à réduire leurs dépenses
Le ministre de l’Intérieur a appelé jeudi les walis à prendre en compte la situation financière des collectivités locales en réduisant leurs dépenses, notamment celles liées à la consommation énergétique en optant pour des énergies alternatives.
Les factures d'électricité et de gaz sont devenues, dit-il un lourd fardeau sur les budgets des communes, en particulier l'éclairage public, premier consommateur d'énergie. Noureddine Bédoui estime que les collectivités locales devraient jouer un rôle primordial dans la réalisation de la transition énergétique en encourageant les projets qui recourent aux énergies renouvelables, la rationalisation de la consommation. Il les appelle à généraliser l'utilisation de l'énergie solaire, et l'acquisition d'équipements à faible consommation d'énergie notamment en matière d'éclairage public mais également celui des blocs administratifs, des écoles et des mosquées.
Les énergies renouvelables, estime-t-il, sont devenues une exigence et non un choix.
N. I.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 22-04-2018

SUITE À SES DÉCLARATIONS
L’ambassadeur de France irrite Alger

Xavier Driencourt ne semble plus être en odeur de sainteté à Alger. Ce dernier est, une nouvelle fois, auteur de propos graves et insultants à l'égard des Algériens, apprend-on de sources très bien informées. A Paris, dans les cercles initiés, l'information

2

Actualités 11:00 | 21-04-2018

FLN : IL TENTE DE DÉSTABILISER SON SUCCESSEUR
Ammar Saâdani revient à la charge

Le secrétaire général du Front de libération nationale, Djamel Ould-Abbès, a présidé, jeudi dernier, dans l’après-midi, au siège du parti à Hydra, une réunion du bureau politique. Pour, d’abord, annoncer la tenue de la session du comité central en juin prochain, mais aussi, mettre en garde contre «une