Voir Tous
Rubrique
Actualités

ANNABA La harga en famille revient

Publié par A. Bouacha
le 19.09.2019 , 11h00
2220 lectures

Ralentie pendant plusieurs semaines durant le mouvement populaire de protestation, la harga a repris de plus belle ces derniers temps.
En effet, une tentative d’émigration clandestine de trente jeunes dont 4 femmes accompagnées de 3 enfants a été mise en échec par les gardes-côtes de Annaba.
Les candidats à la harga, âgés de 4 à 36 ans, avaient embarqué de la plage de Oued Bagrat, commune de Seraïdi, dans la nuit de mardi à mercredi. Ils étaient entassés par les passeurs dans deux embarcations de fortune. Leur destination prévue était l’île de la Sardaigne (Italie). Mais après avoir traversé moins d’une dizaine de miles (quelque dix-sept kilomètres), leurs embarcations ont été repérées par les gardes-côtes au large de Ras El Hamra sur la corniche de Annaba.
Une fois ramenés sans résistance vers la base marine des gardes-côtes de Annaba, ils ont subi les examens médicaux traditionnels dans ces cas par le médecin de la Protection civile avant d’être présentés au procureur de la République près le tribunal de Annaba qui statuera sur leur cas.
Selon des harragas candidats arrivés sur place mais arrêtés par les carabiniers et qui ont été refoulés, le trajet entre les côtes algériennes (Annaba) et italiennes (Sardaigne) est d’une durée de 8 à 10 heures par mer calme.
La présence de femmes et d’enfants dans les barques des harragas semble, au vu de ces deux tentatives, reprendre ces derniers temps. Pour les jeunes femmes accompagnées de leurs enfants qui tentaient cette aventure à gros risques, une vie meilleure pour elles et leur progéniture devaient les attendre une fois arrivées sur la rive nord de la Méditerranée. Sauf que son prix est souvent la disparition en mer ou au mieux le refoulement si elles arrivent à atteindre les côtes sardes.
A. Bouacha

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 06:00 | 01-06-2020

LA MESURE CONCERNE LES AFFAIRES DE CORRUPTION DÉFINITIVEMENT JUGÉES
Les biens saisis seront vendus aux enchères

L’Algérie s’apprête à enclencher officiellement le processus de récupération de l’argent détourné par d’anciens hauts responsables impliqués dans des affaires de corruption. Dans cette première étape, le recouvrement doit atteindre les 13 milliards de DA. Cette somme équivaut au montant évalué des deniers dilapidés uniquement par

2

Périscoop 06:00 | 01-06-2020

Accords à revoir

De source sûre, nous apprenons qu’un groupe de travail de haut niveau a été mis en place et a pour mission de «revoir» l’ensemble des accords commerciaux avec la France. Une révision, affirme notre source, qui concernera