Rubrique
Actualités

MERIEM CHERFI, DÉLÉGUÉE NATIONALE DE LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE L’ENFANCE : «La peine de mort est prononcée pour les crimes d’enlèvement d’enfants»

Publié par Abachi L.
le 30.08.2018 , 11h00
2106 lectures

Les parents dépassés, un environnement hostile et une société de plus en plus violente : quel sera le bon chemin pour une enfance sereine et sécurisée ? C’est ce chemin que doivent définir globalement les spécialistes ou à tout le moins mettre des balises de protection et, surtout, instituer des repères d’alerte. Mais ces spécialistes se réunissent dans une conjoncture nationale faite d’enlèvements, de viols et d’assassinats abjects d’enfants.
L’organe national de protection et de promotion de l’enfance, une structure créée en 2017 et placée sous la tutelle du Premier ministre, organise, à l’hôtel Mercure, deux journées de formation en direction des 15 membres de la commission permanente de coordination issue de cet organe national.
En plus de cette formation qu’ils vont suivre, les membres de cette commission venant de certaines institutions officielles (ministères, police, gendarmerie) et des acteurs de la société civile, devaient se pencher sur le bilan de la courte existence de leur instance mais surtout arrêter une stratégie de lutte contre les violations des droits de l’enfant et tracer, en conséquence, un programme de travail.
A l’issue de la cérémonie d’ouverture de cette session de formation, madame Meriem Cherfi, la déléguée nationale chargée de la protection et de la promotion de l’enfance, a fait une déclaration à la presse pour donner un éclairage sur ce que compte faire l’organe national qu’elle préside. « Aujourd’hui, nous allons définir la priorité afin d’élaborer un programme de protection et de promotion de l’enfance. A la lumière des alertes et des plaintes que nous avons reçues concernant les violations des droits de l’enfant nous allons tracer un programme d’action au niveau national ou local.
Ce programme sera axé sur les priorités que définiront les informations qui nous parviennent. Toutefois, cette stratégie et programme seront axés principalement sur la sensibilisation et la prévention», dira-t-elle. Elle revient à la sensibilisation et la prévention. «Nous devons alerter nos enfants sur les dangers de la rue. Nous devons les éduquer et leur enseigner qu’ils ne peuvent pas partir avec des gens même ceux qui leur inspirent confiance, car si on considère ces crimes d’enlèvement c’est que l’enfant victime est parti avec une personne à laquelle il fait confiance. Nous ne devons pas traumatiser l’enfant sur le danger de la rue mais nous devons l’armer pour qu’il soit vigilant.»
A ceux – les islamistes notamment qui en font une question idéologique et en même temps une occasion de faire de la récupération, qui se saisissent de chaque crime abject contre un enfant pour demander l’application de la peine capitale contre les criminels qui enlèvent et assassinent les enfants, — madame Cherfi déclare : «La loi algérienne est la plus sévère en matière de répression des crimes contre les enfants et les violations des droits de nos enfants. Vous savez bien qu’en cas d’enlèvement ou d’assassinat, la justice algérienne condamne le suspect à la peine de mort. L’application ou la non-application de cette sentence est un autre dossier.»
Sur cette dernière partie de la déclaration, madame Cherfi fait allusion à un moratoire signé par l’Algérie au sujet de la peine de mort.
Pour la déléguée du gouvernement, ces crimes qu’elle déplore ne sont pas spécifiques à l’Algérie. Sur la question de l’engagement pris il y a quelques années par la Police et la Gendarmerie nationales de créer dans chaque wilaya une brigade spécialisée dans les problèmes liés à l’enfance et aux mineurs alors que ces structures se font toujours attendre, la membre du gouvernement l’a ignorée et n’avait de l’intérêt que pour les médias publics ou des questions sans relief.
Abachi L.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 12-11-2018

JUSTICE
Coup d’accélérateur dans l’affaire «El-Bouchi»

La justice semble avoir décidé de donner un coup d’accélérateur dans l’étude de l’affaire de la cocaïne saisie l’été dernier à

2

Périscoop 11:00 | 13-11-2018

Le retour de Gemalto

Jusqu’ici, la carte à puce d’Algérie Poste était fabriquée par une entreprise algérienne. Désormais, la puce, élément essentiel de cette carte, va être produite par une entreprise étrangère, en l’occurrence

3

Actualités 11:00 | 15-11-2018

FLN

Ould-Abbès passe la main

4

Pousse avec eux 11:00 | 13-11-2018

La jungle en folie !

5

Femme Magazine 11:00 | 12-11-2018

Santé

Les bienfaits de l’ail et de l’oignon