Rubrique
Actualités

Elle aura lieu ce samedi La rencontre des Dynamiques de la société civile autorisée

Publié par Karim Aimeur
le 22.08.2019 , 11h00
1529 lectures
©Kamel-N / PPAgency

Contrairement à la semaine passée, l’administration s’est départie de ses pratiques condamnables à l’encontre des organisations non inféodées au pouvoir.
Les Dynamiques de la société civile ont, en effet, reçu, hier mercredi, l’autorisation pour la tenue de la rencontre de concertation qui se déroulera samedi prochain à la Safex.
Dans leurs efforts de rapprocher les avis des acteurs politiques et de sortir avec une solution consensuelle à la crise que traverse le pays, ces Dynamiques de la société civile, qui comptent près de 100 organisations entre syndicats, associations et ligues des droits de l’Homme, aspirent à réunir les deux pôles politiques qui se sont constitués jusque-là, à savoir les Forces de l’alternative démocratique et le pôle des Forces du changement.
La demande d’autorisation a été déposée au nom du Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP). La rencontre a été prévue la semaine passée mais à cause des agissements de l’administration, elle a été reportée. Alors que la rencontre était prévue samedi matin, l’administration a délivré l’autorisation vendredi, soir bien après l’annonce de son report.
Les Dynamiques de la société civile organisent une réunion aujourd’hui jeudi à Alger pour apporter les dernières retouches à la rencontre, qui interviendra au lendemain du 27e vendredi de mobilisation citoyenne contre le système politique.
Karim A.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 16-11-2019

Comité de campagne d’Abdelmadjid Tebboune
Abdallah Baali démissionnaire ?

L’information s’est répandue telle une traînée de poudre dès jeudi : Abdallah Baali, le directeur de campagne d’Abdelmadjid Tebboune, aurait décidé de claquer la porte suite à des divergences avec le

2

Constances 11:00 | 13-11-2019

D’où viennent les devises ? Du Square, pardi !

La Banque d’Algérie et le ministère des Finances devraient d’abord régler leurs violons. Ce n’est pas