Rubrique
Actualités

La situation des droits humains dans les pays de l’Afrique du Nord inquiète le CMA

Publié par S. A. M.
le 04.09.2018 , 11h00
452 lectures

Le CMA, Congrès mondial amazigh, ONG internationale regroupant les associations amazighes des pays de l’Afrique du Nord et la diaspora, s’est dit inquiet pour la situation des droits de l’Homme dans les pays de l’Afrique du Nord, à savoir la Tunisie, le Maroc et l’Algérie.
Une situation abordée dans une conférence de presse organisée, dans l’après-midi d’hier, à Tizi-Ouzou par les membres algériens de cette ONG. Le recul des libertés publiques figure parmi les préoccupations des animateurs de cette rencontre avec les journalistes.
S’agissant du cas Tunisie, par exemple, le CMA dénonce «le gouvernement tunisien qui reste sourd aux revendications de reconnaissance de l’identité, culture et civilisation amazighes ainsi que le respect des droits socioculturels» des populations amazighes de ce pays. En Algérie et au Maroc, c’est la question de tamazight qui préoccupe le CMA. «Malgré son statut de langue nationale et officielle, la reconnaissance de tamazight demeure informelle, sans aucun prolongement concret dans les institutions ou dans le domaine de l’enseignement», s’étonne le CMA.
Dans leur déclaration, les membres de cette ONG s’élèvent contre «les pratiques de la répression innommables et les atteintes aux droits de manifester, de se réunir, et de créer des associations diverses et indépendantes et autres syndicats autonomes et de priver des citoyens et militants de leurs droits de posséder des passeports et cartes d’identité, particulièrement en Kabylie et dans la région du M’zab», écrit le CMA qui s’étonne que «les auteurs des propos racistes anti-amazighs restent totalement impunis», citant l’exemple d’une députée de la nation (APN) qui s’est illustrée dans «des propos incitant à la haine raciale, injures, appels à la violence et menaces».
Le CMA annonce, enfin, qu’il tiendra son congrès du 26 au 28 octobre prochain en Tunisie. Il dénonce, dans le même sillage, l’interdiction qui lui est faite d’organiser un congrès en Algérie.
S. A. M.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 11-11-2018

ANP
Vers la fin du cumul des fonctions au sein de l’armée

C’est sur instruction personnelle directe de Abdelaziz Bouteflika que les cinq généraux-majors et le colonel des services, détenus depuis le 14 octobre à la prison militaire de Blida, ont été libérés le 5 novembre

2

Actualités 11:00 | 10-11-2018

AUDITIONNÉ À TROIS REPRISES PAR LE JUGE D’INSTRUCTION
Comment se défend «El-Bouchi»

Au tribunal de Sidi-M’hamed d’Alger, les apparitions de Kamel El-Bouchi, de son vrai nom Kamel Chikhi, ne font plus l’évènement. Même le dispositif mis en place aux alentours de la bâtisse se fait désormais plus léger qu’à l’habitude et attire, par conséquent, beaucoup moins le regard