Rubrique
Actualités

Smaïl Chergui à la radio nationale : «L’Algérie a un rôle clair dans la relance de l'accord de paix au Mali»

Publié par APS
le 23.01.2020 , 11h00
180 lectures
Le commissaire à la Paix et à la Sécurité de l'Union africaine (UA), Smaïl Chergui, a mis en avant mercredi le rôle clair de l'Algérie dans la dynamisation de l'accord de paix, en sa qualité de pays qui a facilité la conclusion de cet accord, appuyé par toute la communauté internationale et tous les partenaires internationaux.
Saluant la position du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, qui a affirmé que le dossier malien et la situation au Sahel étaient «une priorité» pour l'Algérie, M. Chergui a indiqué que «l'UA se félicite de cette position».
«La redynamisation de l'accord de paix au Mali est primordiale pour permettre à tous, y compris l'armée malienne, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations-Unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) et les partenaire d'éradiquer les groupes terroristes et criminels», a estimé M. Chergui lors d'une émission diffusée, mercredi, par Radio Algérie Internationale sur les développements au Mali. Il a précisé, dans ce sens, qu'«il faut faire la distinction entre la mise en œuvre de l'accord de paix au Mali et les activités terroristes au centre du pays et aux frontières avec le Burkina Faso et le Niger».
S'agissant du dialogue national inclusif organisé récemment au Mali, M. Chergui a expliqué que «c'est la première fois que l'accord de paix est discuté en toute transparence et responsabilité», saluant «la prise en main de cet accord par les Maliens, non seulement le gouvernement mais tous les Maliens à travers ce dialogue national».
Relevant que le dialogue inclusif «a été extrêmement positif», M. Chergui a fait état d'un «progrès concret» qui sera concrétisé dans les jours à venir, notamment en matière de déploiement de l'armée dans le Nord malien.
«La réintégration des combattants requiert toujours davantage de temps et de patience, c'est le cas dans n'importe quel pays à l'image du Soudan du Sud, mais le plus important, c'est la volonté politique, et je pense que les parties concernées l'ont souligné lors du dialogue inclusif», a poursuivi M. Chergui.
«Il est vrai que la mise en œuvre a connu du retard mais nous devons tous, Maliens et garants de l'accord, aider les parties à aller de l'avant», a estimé le commissaire à la Paix, qualifiant de «positif» le travail de la commission de suivi de l'accord de paix qui a pu aplanir certaines difficultés, ce qui permettra, a-t-il dit, d’«accélérer la mise en œuvre du processus au Mali pour mettre, ainsi, un terme aux activités terroristes et criminelles dans la région».
S'agissant de la 4e réunion du Comité de suivi de l'accord (CSA), M. Chergui a indiqué que cette dernière avait été «un grand évènement en termes de qualité de participation avec la présence de 5 ministres outre les principaux acteurs de l'accord de paix, le gouvernement malien, les parties concernées par ce dossier et les partenaires».
APS

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 06:00 | 28-03-2020

Le forcing de madame Sellal

L'épouse de l'ancien Premier ministre, Abdelmalek Sellal, multiplie les contacts dans l'espoir de voir son époux et son fils quitter la prison. Farida Sellal s'appuie sur la récente recommandation de l'ONU,

2

Périscoop 08:00 | 25-03-2020

Amara Benyounès attendra

Finalisé par le magistrat instructeur de la Cour suprême et transmis au tribunal de Sidi-M’hamed, le dossier de Amara Benyounès ne risque par d’être programmé de sitôt, avancent des avocats.

3
4

Soit dit en passant 06:00 | 26-03-2020

Quitte à affamer les petites bourses !

5

Pousse avec eux 06:00 | 26-03-2020

Mais qu’est-ce que ça vient faire là ?!!!