Voir Tous
Rubrique
Actualités

ABDELAZIZ RAHABI INVITÉ DE «LSA DIRECT» : «L’Algérie est soumise à une stratégie de tension permanente»

Publié par Tarek Hafid
le 14.12.2020 , 11h00
2938 lectures

 

 

Invité de l’émission «LSA Direct», Abdelaziz Rahabi a estimé que la présence de puissances étrangères aux frontières de l’Algérie est un élément qui conforte l’appel à la mobilisation de l’ANP. Face aux caméras du Soir d’Algérie, l’ancien diplomate et ministre de la Communication a fait part de la préparation d’une «initiative politique» qui devrait être lancée dès le retour du Président Tebboune. Rahabi n’a pas manqué de dénoncer «une judiciarisation de la vie politique» qui a conduit à l’incarcération de dizaine d’Algériens pour leurs opinions.
Tarek Hafid - Alger (Le Soir) - Jeudi 10 décembre, Hakim Laâlam accueillait l’ancien Abdelaziz Rahabi. Il a été question de sécurité, de relations extérieures et de politique intérieure lors de cette nouvelle édition de «LSA Direct». Interrogé sur le rôle de l’Armée nationale populaire en cette période de fortes tensions au Maghreb et au Sahel, l’ancien diplomate a confirmé que l’appel à la mobilisation lancé dans le dernier éditorial d’El Djeïch est parfaitement justifié. «L’Algérie est encerclée, c’est une réalité. Il y a implication directe de puissances étrangères à nos frontières. Cela est largement suffisant pour sonner la mobilisation», a-t-il souligné.
Selon Rahabi, il est du ressort de l’ANP d’attirer l’attention de la société algérienne au sujet des menaces qui existent dans l’environnement direct du pays. «On parle beaucoup de l’armée en raison de son implication en politique. L’armée est une institution permanente de la République, elle n’est pas conjoncturelle. Donc l’ANP a pour mission d’assurer la défense de l’intégrité territoriale, la paix et de la sécurité du pays. Mais elle a également la mission de consolider et d’affiner le lien avec le peuple. C’est valable pour toutes les armées du monde.
Le peuple doit s’identifier à son armée en termes de protection du pays et l’armée doit s’identifier au peuple car elle doit diffuser la sérénité et absorber les inquiétudes de la société dans des situations conflictuelles. Aujourd’hui, nous sommes face à une situation conflictuelle difficile. Nous avons des conflits à nos frontières. En Libye, au Mali, il y a la tension permanente avec le Maroc.»

Stratégie de tension permanente
L’invité de «LSA Direct» a également expliqué que «les stratèges proches du Maroc» soumettent l’Algérie à une «stratégie de tension permanente». «Cela a pour objectif de conduire le pays à mobiliser son armée, à démultiplier les budgets. Cette guerre d’usure vise à nous obliger à changer nos priorités. Ainsi, au lieu de nous concentrer sur le développement, nous sommes tenus d’aller vers l’armement.» Il a indiqué que la protection d’un pays aussi vaste et qui dispose de plusieurs milliers de kilomètres de frontières «exige beaucoup de moyens et une grande vigilance». À ce titre, il a précisé que l’Algérie peut compter sur la Russie et la Chine, «deux pays avec qui nous avons des relations militaires privilégiées. Des relations bâties sur la confiance qui est la base des relations internationales».
À propos de la question du Sahara Occidental, Abdelaziz Rahabi a précisé que le voisin de l’Ouest «ne peut bouger seul». «Le Maroc dispose d’un soutien diplomatique direct et inconditionnel au Conseil de sécurité de l’ONU à travers la France et d’un soutien financier à l’effort de guerre de la part des pays du Golfe. Il a incontestablement joué la carte de la Palestine avec Israël même s’il n’est pas allé jusqu’à la normalisation à cause de résistances internes.» Donald Trump finira par confirmer cette stratégie puisque quelques heures après la diffusion de cette émission, le Maroc procédait à la normalisation avec Israël contre la reconnaissance par les États-Unis d’Amérique de la «marocanité» du Sahara Occidental.
Revenant aux fondamentaux de ce conflit, il a rappelé que «le Sahara Occidental est une question de décolonisation». «Il est important de rappeler que lorsque l’Algérie a repris ses relations avec le Maroc, ce dernier s’est engagé à organiser un référendum d’autodétermination dans les plus brefs délais. Le référendum est l’expression de la volonté des peuples. Puis le statu quo s’est installé et il a duré.
Le Maroc occupe le terrain et profite des richesses. Les Sahraouis continuent de vivre un statut de réfugiés en Algérie. À ce titre, je dois dire que j’ai lu l’interview de l’ancien Président tunisien Merzougui qui me paraît tout à fait scandaleuse. Il ne reconnaît pas aux Sahraouis le droit d’avoir un État sous prétexte qu’ils ne sont que 200 000.
Je connais beaucoup de pays, y compris dans le monde arabe, qui ont moins de 200 000 autochtones. Il est désolant qu’un ancien Président tienne un discours qui relève de l’anthropologie coloniale», note Rahabi. Hakim Laâlam fera d’ailleurs remarquer que «ce n’est pas la seule infamie de Merzougui».

Sous-représentation diplomatique
Interrogé sur la relation entre l’augmentation subite des tensions contre l’Algérie et l’absence du Président Abdelmadjid Tebboune, l’ancien ministre de la Communication a relevé les dangers de la «sous-représentation diplomatique». «On m’en a voulu d’avoir dit que l’Algérie avait un problème de sous-représentation diplomatique pendant la maladie d’Abdelaziz Bouteflika.
La réalité est qu’un pays est représenté par son chef de l’État. Je vous cite un détail technique : durant un sommet ou une conférence, lorsqu’un chef d’État est absent, son représentant n’a pas le droit d’assister aux réunions à huis clos. Il n’a donc pas accès au processus de prise de décision. C’est ce qui s’est produit durant la maladie de Bouteflika. Je ne souhaite pas que notre pays retrouve la situation que nous avons connue sous l’ancien Président. Mais il faut le dire, c’est une des tares du système politique algérien qui concentre tous les pouvoirs aux mains du chef de l’État», a-t-il insisté.
L’absence du Président Tebboune est également problématique sur le plan interne. Rahabi a fait part de la préparation d’une «nouvelle initiative politique» qui ne sera dévoilée qu’à son retour. «Il y a en ce moment des initiatives mais nous préférons attendre que le président de la République revienne pour les lancer car elles sont destinées à relancer la vie politique», révèle-t-il. Pour lui, il est inconvenant et inutile de faire une proposition politique en l’absence du chef de l’État. Il affirme, cependant, être contre la marginalisation des partis politiques. Abdelaziz Rahabi envisage-t-il de lancer son parti ? L’invité de «LSA Direct» répond avec un large sourire : «Je regrette de ne pas avoir la culture du parti politique. En Algérie, on a toujours interdit aux militaires, aux diplomates et aux magistrats de militer dans un parti politique.»

Dérive autoritaire
Celui qui a présidé la Conférence de l’opposition à Zéralda de 2016 et celle de Aïn Benian en 2019 a dénoncé l’existence de dizaine de détenus d’opinion dans les prisons algériennes. «Nous vivons une judiciarisation de la vie politique. Le juge fait de la politique en Algérie, c’est lui qui détermine les privations de liberté pour expression politique. Nous connaissons une véritable dérive en matière de libertés individuelles et collectives.
Nous avons très peu retenu de l’indépendance. Nous avons juste retenu le fait d’avoir chassé le colonisateur et oublié que c’était un combat pour la liberté. Les Algériens ont besoin de s’exprimer librement dans un cadre légal. Seule la loi doit donner des garanties aux Algériens. Ce n’est pas aux politiques, aux hommes les plus influents, aux forces organisées ou informelles à donner des garanties aux citoyens. Malheureusement, il y a des dérives autoritaires chez nous sur la question des droits de l’Homme.»
Abdelaziz Rahabi a affirmé ne pas être «très sensible à ce qui se dit sur l’Algérie à l’étranger » mais être «plus sensible à la demande interne en matière de libertés fondamentales».
T. H.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 11-04-2021

Algérie-France
Les dessous d’un report provoqué

C’était contre toute attente que le Premier ministre français, Jean Castex, annonçait, jeudi dans la soirée, « le report » de la visite qu’il devait effectuer aujourd’hui, dimanche, à Alger. Un « report » d’autant plus surprenant qu’il s’agit

2

Périscoop 11:00 | 12-04-2021

Le séjour de Zetchi

Le désormais ex-président de la FAF, Kheïreddine Zetchi, a préféré prendre du recul et fuir la grande pression à laquelle il était soumis depuis quelque temps à Alger. Selon des indiscrétions, l’homme s’offre un séjour dans