Rubrique
Actualités

COLLECTE DES SOUSCRIPTIONS INDIVIDUELLES DES ÉLECTEURS L’Anie reconnaît des cas de fraude à Souk-Ahras

Publié par Mohamed Kebci
le 19.10.2019 , 11h00
2847 lectures

Les soupçons de falsification dans l’opération de signatures des formulaires de parrainages des candidatures à l’élection présidentielle du 12 décembre prochain se confirment.
M. Kebci - Alger (Le Soir) - C’est le président de l’Instance nationale indépendante des élections qui en a fait l’aveu. S’exprimant, avant-hier jeudi, en marge d’une séance de formation des délégués de wilaya de l’Instance qu’il préside, Mohamed Charfi a soutenu que l’affaire de l’implication de fonctionnaires d’une commune de Souk-Ahras dans le trafic des formulaires de souscription pour les candidatures à l’élection présidentielle du 12 décembre prochain est «entre les mains de la justice». Et de préciser que ce sont «des citoyens qui, par téléphone, ont alerté sur ces cas de fraude», ajoutant que l’Instance
qu’il dirige a accompli sa mission comme il se doit dans cette affaire.
La veille, mercredi, des informations faisaient état de l’interpellation de pas moins de 8 fonctionnaires d’une annexe d’une commune de Souk-Ahras pour leur implication présumée dans le trafic des souscriptions individuelles des électeurs au profit des candidats à la candidature au scrutin du 12 décembre prochain. On ignore au profit de quel candidat à la candidature cette opération de trafic des souscriptions individuelles des électeurs était menée.
Et si les cas de falsification des souscriptions des électeurs se confirment donc, l’Anie récuse l’existence de cas de « marchandage» de ces mêmes souscriptions à coups de sommes faramineuses. Au niveau de cette instance, on catalogue cette information fortement relayée par des médias mais surtout dans les divers réseaux sociaux dans le chapitre de «rumeurs sans fondement», arguant que, jusque-là, aucune plainte officielle n’est parvenue aux délégués de wilaya. «C’est de l’intox», répliquait, mercredi dernier, le chargé de la communication de l’Anie, ajoutant que «si des postulants s’accusent les uns les autres, l’Anie n’a pas reçu de plaintes de ce sujet».
Par ailleurs, l'Autorité nationale indépendante des élections a tenu à rappeler dans un communiqué, que les postulants à la candidature pour l'élection présidentielle du 12 décembre doivent déposer leurs dossiers au plus tard, le 26 octobre 2019 à minuit, conformément à la loi organique relative au régime électoral, modifiée et complétée par la loi organique du 14 septembre 2019.
Une loi qui, dans son article 140, stipule que la déclaration de candidature «doit être déposée, au plus tard, dans les 40 jours suivant la publication du décret présidentiel portant convocation du corps électoral».
Le dernier délai de dépôt des dossiers de candidature pour l'élection présidentielle est, ainsi, «fixé au samedi 26 octobre 2019 à minuit», précise donc l'Anie qui rappelle à l’occasion les conditions de candidature exigeant «un dépôt, par le candidat lui-même, d'une déclaration de candidature à la présidence de la République auprès de l'Anie contre accusé de réception».
M. K.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Sports 11:00 | 12-11-2019

Verts d’Europe
Les confessions de Riyad Mahrez à FF

Dans un entretien accordé au journal France Football à paraître aujourd’hui, l’international Algérien de Manchester City évoque

2

Actualités 11:00 | 11-11-2019

sellal, ouyahia, yousfi, beda et bouchouareb concernés Corruption :
le 1er procès avant la fin novembre

Les premiers procès des anciens ministres de Bouteflika détenus pour corruption se dérouleront avant la fin du mois de novembre, a-t-on appris de sources proches du dossier. Ahmed Ouyahia, Abdelmalek Sellal ainsi que trois anciens ministres de l'industrie seront jugés dans le cadre du dossier automobile.