Rubrique
Actualités

Diagnostic du cancer L’appel à la mise en place des techniques innovantes de médecine nucléaire

Publié par Salima Akkouche
le 16.06.2019 , 11h00
382 lectures

L’association nationale de médecine nucléaire libérale a profité d’une journée de formation organisée hier à Alger pour relancer son appel à la mise en place des techniques innovantes de médecine nucléaire dans le diagnostic de différents types de cancer.
Salima Akkouche – Alger (Le Soir) – Les pouvoirs publics ne lésinent pas sur l’investissement pour la lutte contre le cancer. Cependant, cet investissement est dirigé plutôt envers le traitement au détriment du volet du diagnostic. L’association nationale de médecine nucléaire libérale qui a organisé une journée d’étude de médecine nucléaire pour vulgariser les nouvelles technologies, a relancé son appel pour la mise en place des techniques innovantes de médecine nucléaire en cancérologie. Il s’agit notamment de la technique PET SCAN qui permet de détecter les cellules cancéreuses à une échelle moléculaire. Le docteur Boumediène Lachachi de l’association nationale de médecine nucléaire libérale a expliqué que le «PET SCAN est une technique innovatrice d’imagerie nucléaire qui utilise des produits radioactifs dans le diagnostic précoce de différents types de cancer comme le cancer du sang et toutes les autres tumeurs solides». Il s’agit d’une technique, dit-il, où l’Algérie accuse un retard énorme. Cette association estime que ces techniques novatrices de diagnostic précoce du cancer trouvent des difficultés à intégrer la scène médicale en Algérie pour plusieurs raisons liées entre autre au coût élevé des équipements de pointe mais aussi «en raison d’une volonté politique qui ignore presque l’épineux sujet du financement de la santé dans notre pays et le remboursement des soins pour les malades». Il existe une seule caméra TEP, détenue par un privé, sur tout le territoire nationale. «Nous avons une seule caméra TEP pour 40 millions d’habitants alors que la norme est d’une caméra TEP pour 800 000 habitants minimum» a indiqué le docteur Lachachi. Selon lui, les installations TEP coûtent très cher. Et en plus des installations il faudra aussi s’équiper de caméras. La solution pour rendre cette technique de diagnostic accessible? Revoir la politique du remboursement. «Il faudra ouvrir un jour ce dossier de remboursement des soins médicaux pour les malades et surtout du financement de la santé en Algérie» dit l’intervenant.
Par ailleurs, l’association appelle aussi à faciliter, sur le plan législatif, les nouvelles installations TEP, à réfléchir à une solution de financement et de remboursement de soins et former des médecins nucléaires sur cette technique novatrice. A souligner que le PET Scan sert à détecter une tumeur cancéreuse ou des métastases, et à surveiller leur évolution. «Une tumeur cancéreuse n'est pas une masse inerte. C'est un amas de cellules qui se divisent de manière rapide et incontrôlée et consomment beaucoup d'énergie. Une tumeur ou une métastase est donc une zone à haute activité métabolique. Le PET Scan permet de les repérer» explique-t-on.
Le PET Scan permet aussi d'examiner l’ensemble du corps en un seul examen et donc de traquer des métastases, de visualiser des tumeurs qui, à cause de leur petite taille, ne sont pas toujours visibles aux examens radiologiques classiques. il permet aussi de voir les tumeurs ayant une importante activité métabolique, quelle que soit leur taille ainsi que de faire la différence entre une masse bénigne et une tumeur cancéreuse.
S. A.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Périscoop 11:00 | 18-07-2019

Le groupe secret de Bensalah

C’est un groupe de travail constitué de cadres des ministères de l’Intérieur, la Justice, des Affaires étrangères ainsi que de la présidence qui s’est penché, il y a plusieurs semaines, sur l’élaboration du projet du

2

Périscoop 11:00 | 18-07-2019

Un couple de magistrats de la Cour suprême piétine le droit

Les propriétaires des bungalows de la cité Sahel-Zemmouri sont choqués et révoltés par le comportement d’un couple de magistrats de la Cour suprême qui fait fi de la loi, des décisions de