Voir Tous
Rubrique
Actualités

Le ministre du travail l’a assuré Le Covid n’a pas freiné la création de postes d’emploi

Publié par Massiva Zehraoui
le 25.12.2021 , 11h00
351 lectures

Les contrecoups de la Covid-19 sur le monde de l’emploi se ressentent toujours, mais n’ont apparemment pas constitué un grand obstacle à la création d’activités et de nouveaux postes d’emploi au profit des jeunes. C’est, du moins, le constat qu’a dressé le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, Youcef Cherfa, jeudi dernier, au Conseil de la Nation, lors d'une plénière consacrée aux questions orales.
Massiva Zehraoui - Alger (Le Soir) - Le responsable chargé de ce département a souligné une « continuité » dans la création d’emplois, malgré un contexte marqué par une crise sanitaire aiguë. Youcef Cherfa considère que les mesures instaurées par les pouvoirs publics afin d’accompagner et d’appuyer la création de microentreprises et de start-up se sont finalement révélées fructueuses. Il illustre ses propos en mettant en avant le rôle de la commission nationale en tant qu'« appareil consultatif et d'évaluation de toutes les questions liées à l'emploi».
Il rappelle que cet organe composé de représentants de divers secteurs « vise à mettre en œuvre les programmes de développement de l'emploi et proposer des mesures pour l'amélioration des programmes publics dans ce domaine ».
Youcef Cherfa tient d’ailleurs à faire savoir que des acquis ont été réalisés dans le secteur de l’emploi. Selon le ministre, cela se confirme à travers « le nombre de postes d’emploi au profit des jeunes universitaires ». Il évoque également « la création de projets dans le cadre de la création d’entreprises ».
Le responsable du secteur du travail assure, par ailleurs, que la prise en charge du dossier de l’emploi figurait parmi les « priorités » du gouvernement. Il souligne, à cet égard, l’importance de prendre en charge le dossier de l’emploi, car intrinsèquement lié au développement social et économique. Évoquant la question de l’emploi dans le Sud, où la population est confrontée à un véritable problème d’accès à l’emploi, Youcef Cherfa a précisé que son secteur « veille au bon déroulement de ce domaine », ajoutant que « le traitement de la question de l'emploi nécessite la conjugaison des efforts de tout un chacun et la mise en place de mesures adaptées aux exigences du marché du travail au niveau local ».
Il rappelle, là aussi, les mesures prises pour la gestion du marché du travail dans les wilayas du Sud, notamment en ce qui concerne une gestion transparente et ferme de ce dossier.

Ressources en eau : le dessalement de l’eau de mer est la solution
Dans un contexte marqué par le continuel problème d’approvisionnement de la population en eau potable, le ministre des Ressources en eau, Karim Hasni, estime que le dessalement de l’eau de mer est retenu comme option majeure pour assurer une meilleure gestion de l’eau dans le pays. C’était la réponse de Karim Hasni à une question orale d’un membre du Conseil de la Nation.
Ce dernier a expliqué, à l’occasion, que « le recul du taux de pluviométrie a engendré la baisse du niveau des eaux de 22 barrages dans 20 wilayas, situées dans les régions centre et ouest. Il fait, par conséquent, savoir que « le recours aux eaux dessalées dans les opérations d'alimentation en eau potable permettra d'affecter les eaux superficielles et souterraines à l'agriculture pour répondre aux besoins des agriculteurs notamment ceux des wilayas à vocation agricole ».
Il citera, à titre d’exemple, Aïn Témouchent, région qui a particulièrement souffert des changements climatiques auxquels nous avons assisté. Il assure, toutefois, que les perturbations en termes d’alimentation en eau potable devraient s’arranger grâce à « la mise en place de programmes d'urgence reposant essentiellement sur des projets de réalisation d'un grand nombre de forages à travers les wilayas touchées par le déficit hydrique». Sans oublier les programmes de réalisation de stations de dessalement de l'eau de mer, a-t-il enfin ajouté.
Le ministre a, dans ce registre, assuré que les wilayas du Sud, fortement impactées par la crise de l’eau, « ont bénéficié de plusieurs projets d'approvisionnement en eau potable ». Il a, en outre, précisé que les programmes de réalisation des stations d'épuration des eaux usées à Biskra ainsi que les projets de transfert des eaux depuis le barrage de Beni Haroun vers cette wilaya ont profité à plusieurs régions du Sud.

Environnement : vers le remplacement progressif des sacs en plastique
Le gouvernement se dirige vers la limitation des sacs en plastique en recourant à l’usage de sacs biodégradables, moins nuisibles pour l’environnement. C’est dans cette perspective que la ministre de l’Environnement, Samia Moualfi, a affirmé, jeudi au Sénat, qu'un décret interministériel était en cours d'élaboration pour limiter progressivement l'utilisation des sacs plastiques, afin de préserver l'environnement et la santé du consommateur.
La ministre souhaite encourager le recours au biodégradable, en soulignant que « l'élaboration de ce décret sera suivie par une série de mesures incitatives notamment en ce qui concerne l'accompagnement et l'encouragement des microentreprises pour la fabrication de sacs biodégradables ».
Elle rappelle que la dangerosité des sacs en plastique réside dans le fait qu’ils mettent près de quatre siècles pour se décomposer. Parmi ces mesures incitatives, le développement de la fabrication de sacs plastiques avec l'ajout de nouveaux organismes qui favoriseraient le processus de biodégradation en l'espace de six mois à une année, outre l'accompagnement des artisans et leur encouragement à produire et à améliorer la qualité des sacs traditionnels.

Formation : de nouvelles spécialités dans la formation professionnelle
Répondant à son tour aux questions des membres du Conseil de la Nation, Yacine Merabi, ministre de la Formation professionnelle, a annoncé l’intégration de nouvelles spécialités, dans le but de s’adapter aux besoins du marché du travail en temps réel.
Cette mesure se matérialisera dès février 2022, soit à la prochaine rentrée professionnelle. Il souligne que « la rentrée professionnelle, session de février prochain, englobera des spécialités adaptées aux exigences du marché du travail et à la nature de chaque région ».
Citant quelques-unes de ces spécialités, Yacine Merabi évoque « la formation dans le domaine de la pêche pour les régions côtières, l'agriculture saharienne, le dessalement et l’orpaillage dans les régions sahariennes ».
Le ministre a rappelé que le nombre de stagiaires diplômés du secteur « dépasse les 300 000 par an », tandis que 316 409 stagiaires ont été diplômés du secteur durant l'année scolaire 2020-2021.
M. Z.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Le Soir Santé 11:00 | 16-01-2022

DÉCOUVREZ…
Les maladies qui font uriner constamment

Même si l'envie d’uriner est plus grande chez les femmes que chez les hommes, il reste anormal d'uriner plus de huit fois par jour. Découvrez les causes les plus fréquentes des mictions incessantes.

2

Femme Magazine 11:00 | 16-01-2022

SANTÉ
Signes qui prouvent que vous avez un problème cardiaque

Les maladies cardiaques sont la cause principale de mort. Mais plusieurs cas peuvent être sauvés si les personnes savent décoder les symptômes et en parler très vite à leur médecin. Voici lquelques