Voir Tous
Rubrique
Actualités

FUSÉE CHINOISE EN DÉPERDITION Le vrai du faux

Publié par Maâmar Farah
le 08.05.2021 , 11h00
2845 lectures

Le scénario catastrophe idéal : une fusée hors contrôle fonce sur la Terre à toute vitesse et risque à tout moment de nous tomber sur la tête ! Médias populaires, sites portés sur le sensationnel et réseaux sociaux, toujours appâtés par le catastrophisme, se sont emparés de l'information des restes d'une fusée chinoise en déperdition pour installer une véritable panique qui enfle au fur et à mesure que le jour J approche. De quoi s'agit-il ? Lancée pour mettre en orbite les premiers éléments de la station spatiale chinoise, la fusée de dernière génération, la plus puissante et la plus lourde, Long-March 5B, réussit sa mission et l'étage principal entame sa descente contrôlée.  
Mais un évènement dont on ne connaît pas la nature a causé la perte de contrôle de cet engin qui commence alors sa course folle vers notre planète. Le «morceau» en question est volumineux. Il atteint les 30 mètres et pèse 21 tonnes. On sait où il se trouve, comment il se déplace, on connaît avec précision ses pertes d'altitude mais on n'arrive toujours pas à calculer l'endroit où il va chuter. Tout ce que l'on sait est qu'une partie de cet étage se consumera lorsque l'engin rentrera dans l'atmosphère terrestre. Comme on est certain que les pièces solides comme le moteur échapperont à cette destruction par le feu et continueront leur descente.
Il est probable qu’à quelques heures de l’impact, l’on saura un peu plus sur la zone où il tombera. Les passages des restes de la fusée sont bien étudiées et, malgré leur caractère aléatoire, on sait que l'engin survole une vaste zone couvrant une partie de l'hémisphère Nord et une grosse partie de l'hémisphère Sud.

Probabilité de toucher une zone habitée : un cas sur un... milliard !
C'est ainsi que des experts sont de plus en plus rassurants : ils avancent que la possibilité de voir cet engin toucher des régions habitées est peu probable pour la bonne et simple raison que la Terre est constituée à 70% d'océans et que 95% de la population occupent seulement 10% de la surface terrestre. En plus clair, le risque de voir ce gros morceau tomber sur une zone habitée est très, très, peu probable. On parle d'un cas sur un milliard !
Mais, au-delà de cet événement grossi pour des besoins de propagande, il y a un vrai problème, c'est celui des débris qui encombrent la proche banlieue de la Terre. C'est par centaines de millions que l'on compte les petits débris pouvant occasionner des dommages aux vols des fusées et aux satellites.

Plus de 5 000 lancements depuis 1957
Selon Pierre Omaly du Centre français d'études spatiales (CNES), «plus de 5.000 lancements ont eu lieu depuis 1957 – ils ont généré 23 200 objets catalogués de plus de 10 centimètres, ce qui représente plus de 99% de la masse totale présente en orbite, soit plus de 8 000 tonnes. Ces lancements ont également généré environ 740 000 objets de 1 à 10 centimètres, ainsi que plus de… 160 000 000 d’objets de 0,1 à 1 centimètre qui, eux, ne sont pas répertoriés».
Le problème s'est aggravé depuis que des sociétés privées lancent des «trains» de satellites qui encombrent davantage l'espace et la question va se compliquer avec l'esprit de concurrence qui anime ces milieux. L'Europe a présenté récemment un projet pour le nettoyage de ces débris avec des espèces de camions-poubelles de l'espace comme celui qui va être mis en orbite par Clear Space, une start-up suisse en contrat avec l'agence spatiale européenne. 
Mais, face au nombre impressionnant des débris, cette mission ne peut être la panacée et s'apparente plutôt à un effet d'annonce beaucoup plus utile pour alerter sur le danger que pour résoudre le problème. Ce que l'on ne dit pas est que des débris d'engins fabriqués par l'homme tombent régulièrement sur la Terre. Il en tombe même chaque semaine ! L'immense majorité de ces débris échoue en mer. On ne signale, jusqu'au moment où j'écris cette ligne, aucun décès causé par ces chutes.  

Une grande victoire pour le peuple chinois 
Pourquoi alors tout ce tapage : cela tient d'abord au goût immodéré des médias pour le sensationnel lorsqu'il mêle deux thèmes fort prisés : l'espace et le catastrophisme. Il y a aussi une autre raison plus politique. Dans leur guerre contre la Chine, les Occidentaux utilisent tous les moyens et, au lieu d'informer objectivement sur l'avancée technologique de l'Empire du Milieu, cherchent les points négatifs pour assombrir ces succès. Et pourtant, il s'agit de grandes victoires pour le peuple chinois ! Disposer d'une station spatiale nationale n'est pas la moindre des conquêtes pour une Chine qui végétait dans le sous-développement il n'y a pas longtemps.
M. F.

(*) Pour suivre les passages des restes de la fusée chinoise :
https://orbit.ing-now.com/satellite/48275/2021-035b/cz-5b/

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

BILLET (PAS) DOUX 11:00 | 09-06-2021

L'arabe sur les maillots : du Benbellisme sans Ben Bella !

Beaucoup de lecteurs me demandent ce que je pense des maillots en arabe portés par les

2

Actualités 11:00 | 08-06-2021

L’ETRHB PASSE SOUS PAVILLON PUBLIC
La leçon assimilée de l’affaire Khalifa

Ils ne pouvaient sans doute pas espérer mieux, les milliers de travailleurs du Groupe Haddad. Désormais, ils savent à quoi s’en tenir, eux qui voguaient dans le noir depuis l’arrestation, puis le passage devant les juges du P-dg Ali Haddad, craignant de subir